Politique

Thierry Solère espionné par la DGSE, une enquête est ouverte

Selon Le Monde, la DGSE a surveillé Thierry Solère en 2012. Le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire.

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait surveillé les téléphones et l’adresse mail de Thierry Solère, le rival à droite de Claude Guéant pendant la campagne des législatives dans les Hauts-de-Seine.

C’est le quotidien Le Monde qui publie ces révélations dans son édition datée du 13 avril et il démontre qu’il a pu établir que des moyens de la DGSE ont été utilisés, hors de tout contrôle, pour surveiller Thierry Solère.

Le candidat dissident a finalement été élu député et chargé depuis par Les Républicains de s’occuper de l’organisation de la primaire pour la présidentielle de 2017.

Thierry Solère et Claude Guéant, c’est avant tout une très longue rivalité exacerbée au moment des législatives de 2012. Le premier, proche de Bruno Le Maire, à l’époque conseiller général des Hauts-de-Seine, avait été exclu de l’UMP début 2102 lorsqu’il avait annoncé son intention de présenter sa candidature face à Claude Guéant, proche de Nicolas Sarkozy et soutenu par le parti.

Dans ce contexte, si l’on en croit les révélations du Monde, la mise sur écoutes par la DGSE aurait été ordonnées par Claude Guéant, le Ministre de l’Intérieur à l’époque.

Ses téléphones et son adresse Internet ont en effet été espionnés dès son exclusion de l’UMP, le 20 mars 2012. La surveillance n’a été interrompue qu’après la découverte fortuite de son existence par la direction technique de la DGSE.

Poursuit le quotidien. Lorsque Le Monde l’interroge sur l’affaire, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy nie toute l’affaire :

Cela ne me dit strictement rien, et c’est opposé à mes principes. Jamais je n’ai fait de demande en ce sens à qui que ce soit. J’étais ministre de l’Intérieur et à ce titre je n’avais aucune autorité sur la DGSE.

Ce mercredi 13 avril le Parquet de Paris a déclaré dans un communiqué qu’une enquête préliminaire a été ouverte pour :

collecte frauduleuse de données à caractère personnel et atteinte à l’intimité de la vie privée et recel.

A suivre …

Publié le jeudi 14 avril 2016 à 10:13, modifications jeudi 14 avril 2016 à 8:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !