Politique

Ségolène Royal se porte candidate

Elle postule à la plus grande agence de l’ONU

Ségolène Royal a confirmé avoir déposé sa candidature pour prendre la direction du Programme des Nations Unies pour le développement, la plus grande agence de l’ONU.

Ségolène Royal a confirmé, à l’AFP ce vendredi 24 mars, qu’elle avait déposé sa candidature à la direction du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), la plus grande agence de l’ONU, basée à New York.

Cette agence des Nations-Unies est présente dans 170 pays. Elle est dirigée depuis 2009 par l’ex-Première ministre néo-zélandaise Helen Clark. Elle a été la première femme à accéder à ce poste et son deuxième mandat prendra fin le 19 avril prochain.

Ainsi, les auditions des candidats auront lieu rapidement, pour une prise de fonction à l’été.

Le prochain directeur du Pnud va être désigné, pour quatre ans, par le secrétaire général Antonio Guterres. Cette nomination sera ensuite confirmée lors de l’Assemblée générale de l’ONU.

Dans la continuité de la COP21

Depuis plusieurs mois la ministre de l’Environnement avait laissé entendre qu’elle pourrait briguer cet ambitieux poste au sein de l’ONU.

L’international m’a toujours intéressée. Je me suis bien impliquée dans la COP et j’ai envie de continuer sur ce sujet.

Pour ce poste au Pnud, Ségolène Royal dit avoir été « encouragée par beaucoup de pays côtoyés pendant la COP, notamment des pays africains ».

En effet, depuis les accords sur le climat de Paris de 2015, Ségolène Royal avait montré sa mobilisation et son implication sur la question des énergies renouvelables en Afrique. Continent où elle s’est rendue à de nombreuses reprises.

Par ailleurs, si elle est désignée à la direction du Pnud, Ségolène Royal a la ferme intention de porter ses efforts sur le continent africain.

Une région du monde qu’elle considère comme « continent clé par rapport à la dramatique conséquence du réchauffement climatique ».

Ce qui me plaît est d’avoir une capacité d’action, de conviction, de négociation, de convergence.

A-t-elle expliqué à peine rentrée de New-York.

En effet, elle a assisté jeudi à une conférence sur le climat et le développement durable organisée par les Nations Unies.

C’est une façon de continuer à être utile à l’avenir de la planète. Mais aussi à la lutte contre la pauvreté.

Outre Ségolène Royal, le choix se portera entre David Miliband, l’ancien secrétaire britannique aux Affaires étrangères. Sigrid Kaag, une diplomate néerlandaise aux Nations unies. Ou encore Bert Koenders, l’ancien ministre néerlandais des Affaires étrangères.

Publié le samedi 25 mars 2017 à 8:56, modifications samedi 25 mars 2017 à 14:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !