Politique

Second tour présidentielle 2017 : Paris placée sous haute surveillance

12 000 policiers et militaires

Pour le second tour de la présidentielle, 12 000 policiers et militaires sont mobilisés à Paris. Près de la moitié d’entre eux sont spécifiquement chargés de veiller à la sécurité du scrutin.

 

Aujourd’hui, dimanche 7 mai, les Français regagnent le chemin des urnes pour voter.  Près de 12 000 policiers et militaires de la Force Sentinelle patrouilleront dans les rues de Paris et de la petite couronne. Parmi eux, 5000 seront spécifiquement chargés de veiller à ce que le scrutin se déroule dans un contexte de sécurité maximal, ainsi que de garantir le maintien de l’ordre public. La préfecture de Paris a indiqué dans un communiqué :

Des arrêtés d’interdiction de séjour ciblés seront pris par le préfet de police, dans le but d’écarter d’éventuels fauteurs de trouble.

Sécurité renforcée près de la Tour Eiffel 

De son côté, la Mairie de Paris a dépêché plusieurs agents de sécurité municipaux et privés à proximité des bureaux de vote de la capitale et de l’agglomération proche. Bruno Julliard, premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, a précisé :

La totalité des 896 bureaux de vote répartis sur 585 sites seront couverts par un dispositif de gardiennage et de sécurité soit par des agents de la ville, soit par des agents de sécurité privés, de 07H00 à 23H00.

La Mairie de Paris a également annoncé qu’elle allait renforcer le dispositif de sécurité autour de la Tour Eiffel. L’action des membres de GreenPeace qui ont réussi à passer entre les filets de la sécurité vendredi matin pour brandir une banderole anti-FN sur le parvis du célèbre monument n’a en effet pas manqué de mettre en lumière les failles des dispositifs de sécurité de l’un des sites touristiques les plus fréquentés de la capitale.

50 000 policiers et gendarmes dans toute la France

Au total, plus de 50 000 policiers et gendarmes seront déployés sur l’ensemble du territoire français. Il faut dire que c’est la première fois en France qu’une élection présidentielle se déroule sous le régime de l’état d’urgence. Le dispositif de sécurité mis en place ce dimanche se révélera donc similaire à celui instauré le 23 avril, lors du premier tour du scrutin.

Publié le dimanche 7 mai 2017 à 9:09, modifications dimanche 7 mai 2017 à 9:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !