Politique

Sahle-Work Zewde : L’Ethiopie désigne pour la première fois une femme à la présidence

Les parlementaires éthiopiens ont désigné à l’unanimité une femme, Sahle-Work Zewde, présidente du pays, poste essentiellement honorifique.

C’est une première en Éthiopie : les parlementaires éthiopiens ont désigné, à l’unanimité jeudi 25 octobre, une femme, Sahle-Work Zewde, présidente du pays. Cette nomination intervient après la démission du président Mulatu Teshome, issu de l’ethnie oromo.

Le pouvoir aux mains du Premier ministre

Si le président d’Éthiopie est officiellement le chef de l’État, ses responsabilités sont essentiellement symboliques et honorifiques. En effet, l’essentiel du pouvoir est aux mains du Premier ministre. En avril, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF) a choisi Abiy Ahmed comme nouveau Premier ministre, pour la première fois issu du plus grand groupe ethnique du pays, les Oromo.

Depuis, Abiy Ahmed a entrepris un vaste programme de réformes. Ainsi, en quelques mois, le Premier ministre a largement libéralisé ce régime autoritaire. Elargissant des détenus politiques, libérant les médias et Internet, ouvrant des pans entiers d’une économie très contrôlée. Il a aussi engagé des démarches de paix avec le frère ennemi Érythréen et réduit le schisme au sein de l’église orthodoxe.Fait remarquable, il a récemment nommé un nouveau gouvernement. Dans celui-ci la moitié des postes sont occupés par des femmes.

Ancienne ambassadrice de France

Ainsi, Sahle-Work Zewde, diplomate de carrière, devient la quatrième chef de l’État en Éthiopie depuis l’adoption de la Constitution de 1995. Ce texte prévoit qu’un président peut être élu pour un maximum de deux mandats de six ans. Elle était jusque-là la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres auprès de l’Union africaine (UA). Avant cela, celle qui a étudiée en France a été ambassadrice en France et à Djibouti, au Sénégal. Par ailleurs, elle a été la représentante permanente de l’Éthiopie auprès de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), le bloc régional est-africain.

Sahle-Work Zewde devient donc la seule femme chef d’État sur le continent Africain. Lors de son discours d’investiture, elle a salué les réformes réalisées par le nouveau Premier ministre Abiy Ahmed. Et plus particulièrement le choix récent de ce dernier de nommer un gouvernement dont la moitié des postes sont occupés par des femmes.

Les femmes sont les premières victimes de l’absence de paix. Durant mon mandat, je me concentrerai sur le rôle des femmes en vue d’assurer la paix. Ainsi que sur les bénéfices de la paix pour les femmes. J’appelle le gouvernement à éradiquer la pauvreté avec la pleine participation des femmes, car c’est une source d’instabilité.

Enfin, Sahle-Work Zewde a appelé gouvernement et opposition à « se concentrer sur les choses qui nous unissent ». Et ce pour « créer un pays et une génération dont nous serons fiers ».

Publié le vendredi 26 octobre 2018 à 10:16, modifications vendredi 26 octobre 2018 à 9:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !