Politique

Royaume-Uni : Après le ministre du Brexit, au tour de Boris Johnson, ministre et partisan du Brexit dur, de démissionner

Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires étrangères, a annoncé sa démission, estimant que le rêve du Brexit « était en train de mourir ».

STORY - Episode /57

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Brexit

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a démissionné lundi 9 juillet. Les services de la Première ministre Theresa May ont annoncé ce départ, alors que la veille, le ministre chargé du Brexit, David Davis décidait de quitter le gouvernement britannique. Ce dernier a été remplacé par l’eurosceptique Dominic Raab. Âgé de 44 ans, il était jusqu’ici secrétaire d’Etat chargé du Logement après avoir occupé le poste de secrétaire d’Etat à la Justice dans le gouvernement de Theresa May.

Boris Johnson, l’indomptable ministre

Nous nous dirigeons vraiment vers le statut de colonie de l’UE

A expliqué Boris Johnson dans sa lettre de démission adressée à la Première ministre Theresa May.

Il a notamment critiqué son projet de maintenir des relations économiques étroites avec l’Union européenne après le Brexit. Or, étant un fervent partisan d’un Brexit dur, l’ancien ministre des Affaires étrangères a déploré que « ce rêve est en train de mourir ».

Cet après-midi, la Première ministre a accepté la démission de Boris Johnson.

A indiqué Downing Street dans un communiqué ajoutant :

La Première ministre remercie Boris pour son travail.

De son côté Theresa May s’est exprimée devant les députés britanniques :

Nous sommes en désaccord sur la meilleure manière de mettre à exécution notre engagement commun d’honorer le résultat du référendum de juin 2016. Lorsque les Britanniques se sont prononcés à 52% en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le maintien des relations commerciales étroites avec l’Union européenne

Les démissions de Boris Johnson et David Davis, deux personnalités fortes du gouvernement de Theresa May, à moins de neuf mois du Brexit prévu fin mars 2019, plongent davantage l’exécutif britannique dans la crise. Or, celui-ci doit déjà se débattre dans les divisions de sa majorité sur l’avenir du Royaume-Uni hors de l’Union européenne.

En outre, ces départs interviennent quelques jours seulement après une réunion de Theresa May avec ses ministres, le 6 juillet. Elle avait abouti à l’annonce d’un accord sur la volonté de maintenir une relation commerciale étroite avec la communauté européenne. En effet, ce plan prévoit la mise en place d’une zone de libre échange et un nouveau modèle douanier avec les 27. Le but étant de maintenir un commerce « sans friction » avec le continent. Avant de les présenter à Bruxelles, Theresa May l’a présenté ce lundi 9 juillet devant les députés britanniques. Ainsi qu’à son Parti conservateur.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a fait part de ses « regrets »  de ne pas voir l’idée du Brexit disparaître avec les démissions successives des ministres britanniques David Davis et Boris Johnson, partisans d’un Brexit « dur ».

Les hommes politiques vont et viennent mais les problèmes qu’ils ont créés pour le peuple restent. Je ne peux que regretter que l’idée du Brexit ne soit pas partie avec Davis et Johnson. Mais… qui sait ?

Publié le mardi 10 juillet 2018 à 9:19, modifications mardi 10 juillet 2018 à 8:52

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !