Politique

Remplacer Fillon ? Pour Alain Juppé, c’est « clairement et définitivement » non !

Embourbé dans le « Penelope Gate » depuis plusieurs jours, François Fillon voit son avenir politique de plus en plus compromis. Mais alors, Alain Juppé pourrait-il être le remplaçant idéal en cas de désistement de l’ancien premier ministre de Sarkozy ? Interrogé pour la énième fois sur la question, le maire Bordeaux s’est voulu particulièrement ferme !

Ce n’est plus un secret pour personne : l’avenir présidentiel de François Fillon semble compromis. La raison à cela ? Des soupçons d’emploi fictif de son épouse, Penelope, qui aurait perçu plusieurs centaines de milliers d’euros pour un poste dont l’existence reste à prouver. Mais alors, qui pour remplacer l’ancien ministre de Sarkozy en cas de désistement ?

Depuis plusieurs jours, la question se pose et un nom revient sans cesse : celui d’Alain Juppé. Et pour cause, défait lors de la primaire de la droite et du centre, le maire de Bordeaux semble être le candidat tout désigné pour succéder à François Fillon dans la course à la présidentielle. Un rôle qu’il ne semble pas vouloir assumer. C’est le moins que l’on puisse dire…

“NON, C’EST NON !”

En effet, il y a quelques jours, déjà, Alain Juppé affirmait ne pas vouloir être « un plan B ». Nouvellement interrogé par des journalistes, lundi 6 février, l’élu en en remis une couche afin de rendre encore plus claire sa position. Ainsi, comme le rapporte l’AFP, Alain Juppé aurait déclaré :

J’ai un peu de mal à comprendre d’où viennent ces rumeurs. J’ai dit quelle était ma position : clairement et définitivement, c’est non. Et vous me connaissez, non, c’est non ! Aujourd’hui, on va écouter François Fillon.

Un non ferme et définitif ? Rien n’est moins sûr puisque, selon une source proche d’Alain Juppé relayée par Le Figaro :

Juppé n’ira que s’il y a consensus autour de lui. Il est prêt à affronter le risque d’une défaite à la présidentielle, mais il ne veut pas d’une confrontation avec Fillon. Ni d’une guerre avec d’autres prétendants”, indiquait un proche d’Alain Juppé. Qui semble donc avoir revu sa position.

Alors, le maire de Bordeaux finira-t-il par assurer la relève en cas de désistement de François Fillon ? La réponse incessamment sous peu…

Publié le lundi 6 février 2017 à 12:03, modifications lundi 6 février 2017 à 11:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !