Politique

Primaires des Républicains : S’estimant trahi, Copé demande de l’aide à Chirac

Jean-François Copé, déçu par le soutien de Christian Jacob à Nicolas Sarkozy, a demandé de l’aide à Jacques Chirac, qui a « vécu ça en 1995 ».

La semaine a débuté difficilement pour Jean-François Copé. Le maire de Meaux (en Seine-et-Marne) est toujours en campagne pour obtenir les parrainages nécessaires afin de se présenter à la primaire Les Républicains.

L’ancien président de l’UMP ne semble pas se réjouir des rumeurs de plus en plus pressentes qui annoncent la candidature de Nicolas Sarkozy. Ce dernier ayant déjà publié un livre dans lequel il dresse ses axes de campagne. En outre, le président des Républicains devrait annoncer officiellement sa candidature le 25 août prochain à Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône.

Ainsi, les ténors du parti commencent peu à peu à affirmer leur soutien à l’ancien président de la République. Déjà, dimanche 21 août, Christian Estrosi a déclaré au Journal du Dimanche, que Nicolas Sarkozy serait « le meilleur candidat » à la présidentielle de 2017, pour « affronter le Front national », pour faire « face à la menace terroriste » et surtout « pour engager le redressement de notre économie et de notre production industrielle ».

Ce lundi 22 août, au tour de Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée Nationale, de se rallier Nicolas Sarkozy :

J’appelle sa candidature de mes vœux. S’il y a un sujet qui fait l’unanimité en France aujourd’hui, c’est bien que les Français ont envie d’arrêter l’amateurisme du quinquennat de François Hollande. Et je considère que Nicolas Sarkozy a, à la fois l’expérience, le tempérament, le sang-froid, la capacité à décider et aussi l’énergie pour être le président de la République.

A-t-il ainsi déclaré au micro d’Europe 1.

Des déclarations qui ont laissé un goût amer à Jean-François Copé qui a vivement regretté que son « ami de toujours » lui fasse défaut.

J’ai des liens d’amitié qui sont connus avec Jean-François Copé. Je l’ai soutenu à la présidence du mouvement. Il a décidé d’être candidat à cette élection primaire. Il sait depuis le début que je ne serai pas de cette aventure mais cela ne nous empêche pas de travailler ensemble.

S’est justifié Christian Jacob.

Jean-François Copé a donc posté un message de déception sur Twitter :

L’ancien chiraquien a ainsi ranimé la vieille guerre qui avait vu s’affronter Jacques Chirac et son rival, Nicolas Sarkozy, à l’élection présidentielle de 1995, lorsque ce dernier avait affiché son soutien à Edouard Balladur contre le mari de Bernadette Chirac (qui l’avait finalement emporté au premier tour).

Par conséquent, dans cette version actuelle de la division fratricide, Jean-François Copé a décidé que face aux traîtres, il incarnera « une candidature légitime ».

Cet appel à l’aide sur les réseaux sociaux n’a pas eu de réponse de Jacques Chirac, mais des internautes se sont fait un plaisir de lui répondre en créant des comptes parodiques de l’ancien président :

Publié le mardi 23 août 2016 à 8:55, modifications mardi 23 août 2016 à 8:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !