Politique

Primaire de la droite : Pour Nicolas Sarkozy, double-ration de frites sinon rien !

Dans un meeting pour la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy s’est exprimé sur les menus de substitution sans porc dans les cantines d’écoles. Et sa conclusion est sans appel …

À quinze jours du premier tour de la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy était en campagne lundi 7 novembre devant un public acquis à sa cause, au Théâtre de Neuilly, dans son fief de Neuilly-sur-Seine, ville dans laquelle il a été maire de 1983 à 2002.

Particulièrement confiant sur ses chances de victoire, il a enfoncé le clou sur sa vision de la laïcité et a appuyé son discours en affirmant qu’il sentait « monter la mobilisation de cette France silencieuse qui n’en peut plus ».

Mais l’ancien chef de l’État a surtout marqué son discours en revenant sur le sujet des menus sans porc dans les cantines d’école :

Je n’accepte pas dans nos écoles qu’il y ait des tables de juifs et des tables de musulmans. Et si dans sa famille on ne mange pas de porc, eh bien le jour où il y a des frites et une tranche de jambon, le petit ne prend pas de jambon et prendra une double ration de frites. C’est la République : la même règle et le même menu pour tous”

A-t-il martelé devant une audience galvanisée.

Le candidat à la primaire de la droite a également rappelé qu’il est depuis toujours opposé aux menus de substitution, en principe destinés aux élèves suivant un régime alimentaire particulier compte tenu de leurs croyances religieuses.

Depuis mars 2015, l’ancien président de la République ne cesse de mener un combat contre ce qu’il désigne comme « la tyrannie des minorités » en réclamant notamment l’interdiction des menus de substitution. Il avait justement soutenu la décision du maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, qui avait décidé de supprimer ce types de menus dans les écoles de sa ville.

Une position dont se sont éloignés de nombreux ténors de la droite, notamment ses actuels rivaux pour la primaire, Alain Juppé et François Fillon.

Je veux être le porte-parole du peuple de France. Je veux parler en votre nom, je veux porter le combat au nom de ces millions de Français qui ont reçu de leurs parents et de leurs grands-parents la France en héritage et qui se demandent aujourd’hui quelle France ils vont pouvoir laisser à leurs enfants et à leurs petits-enfants

A scandé Nicolas Sarkozy pour enfoncer davantage le clou sur ses thèmes de campagne qui sont les questions de l’identité, la sécurité, l’islam et la laïcité.

Publié le mardi 8 novembre 2016 à 14:17, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 21:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !