Politique

Présidentielle 2017 : Pour Marine Le Pen, « avec Macron, ça sera l’islamisme en marche »

Alors qu’elle était en meeting à Perpignan, samedi, Marine Le Pen n’a pas hésité à tacler une nouvelle fois Emmanuel Macron, lui étant présenté par les sondages comme un sérieux concurrent dans la course à la présidentielle. Ainsi, pour la candidate du Front National, si l’ancien ministre de l’Économie passe, « ça sera l’islamisme en marche, le communautarisme en marche ».

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont un point en commun : des sondages au sommet. Ainsi, depuis plusieurs semaines, les deux candidats sont au coude-à-coude dans les intentions de vote. Alors, forcément, devant une telle concurrence, la présidente du Front National ne pouvait pas ne pas adresser quelques piques à l’égard de son adversaire…

« LA DÉRIVE MULTICULTURELLE »

En effet, samedi, Marine Le Pen était en meeting à Perpignan. Et c’est devant près de 1.500 personnes que la candidate frontiste a décidé de sonner la charge contre le leader d’En Marche !. Ainsi a-t-elle déclaré :

Il est très important que les Français comprennent que si par malheur il était élu président de la République, M. Macron accélérerait encore davantage la dérive multiculturelle dans laquelle s’enfonce la société française, et aggraverait un communautarisme déjà malheureusement en pleine progression.

Une référence claire à Mohamed Saou, référent du mouvement d’Emmanuel Macron qui, il y a quelques jours, était écarté de ses fonctions pour des publications anciennes sur les réseaux sociaux.

Puis à la fille de Jean-Marie Le Pen d’ajouter :

Pourquoi M. Macron ne veut pas exclure cet individu de son mouvement ? Parce qu’il subit la pression (de la part de Marwan Muhammad, responsable du Collectif contre l’islamophobie en France). (Il s’agit d’un) collectif bien connu pour ses liens avec l’islamisme.

FILLON « PAS CLAIR AVEC LA QUESTION DE LA LAÏCITÉ »

Visiblement remontée contre l’ancien benjamin du gouvernement, Marine Le Pen n’en a pas pour autant oublié ses autres adversaires. Et pour cause, François Fillon en a aussi pris pour son grade sur la question de la laïcité. La présidente du FN a ainsi ajouté à son sujet :

Il a multiplié les relations pour le moins troubles avec ces mouvances islamistes, qui prônent la supériorité de la loi religieuse sur la loi de la République. François Fillon n’est absolument pas clair avec la question de la laïcité et de l’islam radical.

Un discours poursuivi d’une ultime charge contre le fondamentalisme :

Nous devons être intransigeants avec le danger mortel que représente le fondamentalisme islamiste dans notre pays (…). Je suis parfaitement au clair sur cette question, je mènerai à la tête de l’Etat une politique d’assimilation, de lutte contre le communautarisme et le fondamentalisme islamiste.

Depuis quelques jours, l’écart entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron s’est très largement resserré dans les sondages. De quoi envisager un second tour entre les deux candidats que tout semble opposer ? La réponse le 23 avril prochain…

Publié le dimanche 16 avril 2017 à 9:17, modifications dimanche 16 avril 2017 à 9:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !