Politique

Porto Rico a choisi le rattachement aux Etats-Unis

La majorité des Portoricains ont voté pour un rattachement de leur pays aux Etats-Unis, lors du référendum consultatif sur le statut de Porto Rico.

Les habitants de Porto Rico ont voté dimanche 11 juin pour que leur territoire devienne le 51ème État des Etats-Unis, à l’occasion d’un référendum marqué par une très forte abstention.

A présent, c’est au Congrès américain de donner son approbation pour que l’île devienne effectivement le 51ème  Etat des Etats-Unis d’Amérique.

Ainsi, le «oui» pour le rattachement de Porto Rico aux Etats-Unis, l’a emporté par 97,18 % des voix, d’après la Commission électorale de Porto Rico. A l’inverse, 1,5 % des Portoricains se sont prononcés en faveur de  l’indépendance de l’île. Et 1,32 % autres, pour le maintien du statut actuel de Porto Rico.

Cependant, sur 2,2 millions d’inscrits, la participation n’était cependant que de 23%.

En outre, ce référendum sur le statut de l’île est le cinquième du genre à Porto Rico depuis 1967. Le principe d’une accession au statut d’État des États-Unis l’avait déjà emporté lors du dernier scrutin en 2012.

Un Etat libre associé

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, avait mené une campagne en faveur d’un rattachement aux Etats-Unis.

Il l’avait présenté comme source de croissance pour l’île, étranglée par une dette de 70 milliards de dollars (62,5 milliards d’euros). Un taux de pauvreté de 45%. Mais aussi un système scolaire inefficace et des caisses de retraite et d’assurance maladie au bord de l‘asphyxie.

Or, le statut politique de Porto Rico est plutôt flou.

En effet, L’Espagne avait cédé cette île des Grandes Antilles aux Etats-Unis en 1898. Dans les années 1950, Porto-Rico avec acquis le statut spécial d’« Etat libre associé ».

Considérés comme des citoyens américains, les Portoricains qui parlent cependant majoritairement espagnol, ne peuvent pas voter à l’élection présidentielle américaine. Ni élire de représentants au Congrès.

Pourtant, les lois votées à Washington les touchent directement.

Effectivement, c’est attiré par des exonérations fiscales décrétées à Washington que, pendant des décennies, les grands groupes américains se sont installés en nombre à Porto Rico.

Des conditions avantageuses que le gouvernement fédéral a finalement décidé de supprimer dès 2006. Provoquant le départ en masse de ces capitaux.

Ce qui a contribué à la crise économique actuelle, qui a conduit début mai son gouverneur à demander à ce que le territoire soit déclaré en situation de faillite.

Par conséquent, croulant sous une dette exorbitante et un mois seulement après avoir déclenché le plus gros processus de faillite jamais déclaré par une entité locale américaine, Porto Rico risque toutefois d’avoir du mal à convaincre Washington d’ajouter une étoile au drapeau des Etats-Unis.

Publié le mardi 13 juin 2017 à 14:03, modifications mardi 13 juin 2017 à 9:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !