Politique

Nicolas Sarkozy mis en examen : sa candidature à la présidentielle compromise ?

Nicolas Sarkozy a-t-il encore une chance d’accéder à la présidentielle de 2017 ? Telle est la question que tout le monde se pose depuis que l’ancien président de la République a été mis en examen mardi soir.

Alors qu’il rêve de faire son grand retour à l’Elysée, Nicolas Sarkozy voit soudainement ses ambitions politiques compromises. L’ancien président de la République a été mis en examen hier, mardi 16 février, dans le cadre de l’affaire Bygmalion. En effet, la justice s’intéresse de près au financement de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy.

Un nouveau coup dur pour l’ancien chef d’Etat qui a fait son grand retour sur le devant de la scène politique il y a un an maintenant. Nouveau président des Républicains, Nicolas Sarkozy souhaite prendre sa revanche. Cependant, il doit faire face à un obstacle… qui ne serait pas insurmontable, si l’on en croit son avocat, Thierry Herzog.

En effet, celui-ci a déclaré au micro d’Europe 1 :

Il n’est point besoin de rappeler que, comme tout le monde, Nicolas Sarkozy bénéficie de la présomption d’innocence. Être mis en examen n’empêche pas d’être candidat à l’élection présidentielle, car il y a la présomption d’innocence.

Et d’ajouter :

Mais je vais vous dire une chose plus importante encore : avoir été condamné n’empêche pas d’être candidat à la primaire.

Un petit tacle à Alain Juppé, le rival de Nicolas Sarkozy, qui a été condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Pourtant, comme le soulignent nos confrères des Echos, la presse est moins optimiste ce matin quant à l’avenir de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, que son avocat. Le quotidien dresse une petite revue de presse sur l’affaire et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’avenir de l’ancien président de la République s’assombrit de plus en plus.

Du Parisien au Figaro en passant par Libération, tous s’interrogent sur les répercussions de cette affaire sur les ambitions politiques de Nicolas Sarkozy, et ce à un an de la présidentielle de 2017. Nicolas Sarkozy, que les sondages donnent perdant face à Alain Juppé, a-t-il encore une chance ?

Pour Patrice Chabanet, du Journal La Haute-Marne :

Tout mis en examen est présumé innocent

Et d’ajouter :

 Mieux vaut ne pas l’être, surtout quand on aspire à redevenir président de la République (…) L’ancien président de la République aurait bien fait l’économie de cette épreuve, car c’en est une.

Même son de cloche du côté de Laurent Joffrin, dans Libération :

Nous sommes bien d’accord : la mise en examen ne signifie pas la culpabilité. Mais elle n’est pas anodine.

Et c’est sans doute Raymond Couraud, de L’Alsace qui résume le mieux les conséquences de cette affaire sur l’opinion publique :

L’accumulation des affaires fragilise les ambitions de Nicolas Sarkozy de retrouver l’Élysée car son abonnement aux cabinets d’instruction ne peut que déplaire aux Français.

Cette mise en examen est-elle l’affaire de trop ?

Publié le mercredi 17 février 2016 à 11:34, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !