Politique

Nicolas Sarkozy attaque François Hollande sur la lutte contre le terrorisme

L’ancien président de la République a présenté une esquisse de son programme en matière d’antiterrorisme. Au passage, il a égratigné son successeur, François Hollande.

Une nouvelle fois, la lutte antiterroriste est au centre des débats. A quelques mois de l’élection présidentielle chaque candidat essaye d’occuper au mieux l’espace médiatique sur cet épineux sujet.

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche du 11 septembre, Nicolas Sarkozy s’est exprimé sur le terrain sécuritaire et a présenté ses mesures de lutte contre le terrorisme. De plus, il a dénoncé les récents propos tenus par François Molins, le procureur de Paris.

En effet, ce dernier avait jugé inapplicables les propositions du candidat à la primaire du centre et de la droite, de rétention des fichés S mais également de la création d’un parquet national antiterroriste. Nicolas Sarkozy a ainsi répondu que le magistrat parisien n’avait pas « à interférer dans le débat politique ».

À chacun sa responsabilité. C’est aux politiques et à eux seuls, parce qu’ils sont élus par le peuple, de modifier le droit quand cela apparaît nécessaire.

Au passage, le candidat à l’élection présidentielle en a profité pour expliquer certaines des mesures de son programme :

Tout Français suspecté d’être lié au terrorisme, parce qu’il consulte régulièrement un site djihadiste, que son comportement témoigne d’une radicalisation ou parce qu’il est en contact étroit avec des personnes radicalisées, doit faire l’objet d’un placement préventif dans un centre de rétention fermé.

En outre, Nicolas Sarkozy a estimé que :

Tout étranger suspecté d’être en lien avec une activité terroriste devrait être expulsé sans délai.

Enfin alors qu’il était interrogé sur le récent attentat déjoué aux bonbonnes de gaz, l’ancien chef de l’Etat a vivement réagi :

Que se serait-il passé sans la vigilance du patron de café qui a alerté la police ? Et encore une fois, on parle d’individus fichés S et connus des services !

Nicolas Sarkozy s’en est d’ailleurs pris directement à François Hollande, dénonçant un certain laxisme sur le champ du terrorisme :

Le président de la République nous dit qu’on est en état de guerre. Mais quelles conséquences en tire-t-il ? François Hollande ne met pas tout en œuvre pour lutter contre le terrorisme.

Pour finir, le plan de l’ancien président de la République semble gagner des points à droite sur la question de la sécurité face au terrorisme. En effet, selon un sondage Ifop paru dans le Journal du Dimanche, Nicolas Sarkozy apparaît nettement le plus rassurant pour garantir la sécurité des Français face à la menace terroriste (pour 83% des interrogés), devant Alain Juppé et François Fillon.

Publié le mardi 13 septembre 2016 à 9:44, modifications mardi 13 septembre 2016 à 8:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !