Politique

Michèle Alliot-Marie sort les griffes sur Twitter

Qualifiée de « musée politique » par le journaliste Alain Duhamel, Michèle Alliot-Marie n’a pas manqué de lui rappeler qu’il fait partie du paysage politique et audiovisuel français depuis aussi longtemps qu’elle, voire plus.

Nouvelle passe d’armes entre Michèle Alliot-Marie et Alain Duhamel.En effet, l’éditorialiste et journaliste Alain Duhamel se livrait mercredi à un exercice délicat. Résumer en une phrase, sur son compte Twitter, son opinion sur les prétendants à l’Elysée.

Or, depuis le 14 mars, tel un professeur dans un carnet de notes, il délivre sur le réseau social ses appréciations, cinglantes ou élogieuses selon les candidats à l’élection présidentielle.

Ainsi, il a tour à tour évoqué un

Rama Yade a, elle, un peu plus de chance car le journaliste semble lui accorder davantage d’estime :

On peut également lire

Ou encore

Pourtant, alors qu’il semble avoir une opinion l’ensemble des candidats, un de ses jugements n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde :

A-t-il assené

Cependant, ce tweet n’a pas beaucoup plu à celle qui a assumé à quatre reprises et sans interruption des portefeuilles ministériels régaliens.

Le « musée politique » répond à l’interviewer de « l’ORTF »

En effet, en difficulté dans la quête de parrainages pour la présidentielle, la candidate de 70 ans a répondu de façon cinglante au journaliste de 76 ans :

Ainsi, Michèle Alliot-Marie a su habillement répondre au journaliste. Elle a évoqué le ministre De Gaulle et ancien président du perchoir, Edgar Faure.

Un homme politique qui a connu trois Républiques. Et celui qui a servi près d’une quinzaine de présidents avait été interviewé par Alain Duhamel en 1972.

Enfin, en utilisant, l’appellation ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française), l’ancêtre de Radio France et France Télévisions, l’Eurodéputée en rajoute une couche, le faisant passer pour un vétéran de l’interview politique.

Peut-être que cette fine répartie permettra à la candidate du mouvement Nouvelle France de récolter de nouveaux parrainages.

En effet, à quelques heures de la date limite de dépôt de ces derniers, Michèle Alliot-Marie ne comptabilise que 53 votes d’élues validés par le Conseil constitutionnel.

 

Publié le vendredi 17 mars 2017 à 12:35, modifications vendredi 17 mars 2017 à 12:35

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Vers le top