Politique

Marine Le Pen tente une explication après ses propos sur le Vel d’Hiv

Dimanche, Marine Le Pen affirmait que « la France n’était pas responsable » de la rafle du Vel d’Hiv. Il n’en fallait pas plus pour que la présidente du Front National se voit critiquée de toute part, à commencer par ses adversaires directs à la présidentielle. Une situation embarrassante qui a conduit la fille de Jean-Marie Le Pen a tenter une explication plus ou moins crédible dans un communiqué…

Tout ça pour ça ? Ainsi, après plusieurs années passées à « dédiaboliser » le Front National, Marine Le Pen est à nouveau au centre de la critique. La raison à cela ? Des propos prononcés dimanche 9 avril et qui faisaient état de la « non responsabilité » de la France dans la rafle du Vel d’Hiv.

Devant l’ampleur de la polémique, la présidente du FN a très vite tenté de se reprendre. Et pour cause, c’est dans un communiqué publié le soir même que la numéro un du parti nationaliste déclare :

Comme Charles De Gaulle, François Mitterrand, ou encore de nos jours Henri Guaino, je considère que la France et la République étaient à Londres pendant l’Occupation et que le régime de Vichy n’était pas la France. C’est une position qui a toujours été défendue par le chef de l’Etat. Avant que Jacques Chirac et surtout François Hollande, à tort, ne reviennent dessus.

Des propos suffisants pour calmer le scandale ? Absolument pas !

« MARINE LE PEN EST D’EXTRÊME DROITE »

En effet, depuis 24 heures, Marine Le Pen est au centre de toutes les critiques. Parmi les voix à s’élever contre la candidate frontistes, celles de ses adversaires dans la course à la présidentielle. Ainsi, c’est à l’antenne de BFM TV, dimanche, qu’Emmanuel Macron a déclaré :

D’aucuns avaient oublié que Marine Le Pen est la fille de Jean-marie Le Pen. Ils n’ont pas changé, et il ne faut pas avoir de complaisance ou minimiser ce qu’est le Front national aujourd’hui.

Un son de cloche identique du côté de Benoît Hamon. Présent au micro de RTL, lundi 10 avril, le vainqueur de la primaire de la gauche a réagit :

Si on doutait que Marine Le Pen est d’extrême droite, on ne peut plus en douter.

Quelques heures à peine après avoir prononcé ces mots, le Crif et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) publiaient des communiqués. Dénonçant « des propos révisionnistes », les institutions juives n’ont pas hésité à fustiger les propos de Marine Le Pen en affirmant notamment :

Ses déclarations sont une insulte à la France, qui s’est honorée en 1995 à reconnaître sa responsabilité dans la déportation des juifs de France et faire face à son histoire, sans mémoire sélective.

La responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv a pour la première fois été reconnue en 1995 par Jacques Chirac, alors président de la République.

Publié le lundi 10 avril 2017 à 13:52, modifications mardi 11 avril 2017 à 11:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !