Politique

Marine Le Pen mise en examen pour avoir relayé des photographies de Daesh

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a été mise en examen pour avoir relayé sur Twitter des clichés authentiques d’exactions inhumaines commises par l’État islamique.

Selon des informations de RTL, Marine Le Pen a été mise en examen ce jeudi 01er mars. La présidente du Front National avait diffusé, sur Twitter, des photos d’exactions commises par Daesh. La figure emblématique du FN a été mise en examen pour « diffusion d’images violentes ». Ce délit est passible de trois ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Dans le cadre de cette affaire, le bureau de l’Assemblée nationale avait déjà décidé de lever l’immunité de la présidente du Front National au mois de novembre dernier.

Marine Le Pen mise en examen pour des photographies de Daesh

En décembre 2015, une enquête avait été ouverte par le parquet de Nanterre pour « diffusion d’images violentes ». Marine Le Pen avait relayé, sur Twitter, des photographies d’hommes torturés et exécutés par le groupe djihadiste. L’un des tweets avait finalement été retiré suite à la demande de la famille de l’ancien otage américain James Foley.

Ces images abominables sont utilisées par le groupe terroriste comme un outil de propagande. Marine Le Pen cherchait à mobiliser l’opinion et à dénoncer les pratiques atroces de l’organisation djihadiste par ce geste fort, en relayant la réalité des crimes et des exactions de Daesh.

La réponse de Marine Le Pen à Jean-Jacques Bourdin et contre le terrorisme

Dans ses messages, Marine Le Pen s’adressait en réalité au journaliste Jean-Jacques Bourdin et à son média RMC – BFMTV, qu’elle accusait d’avoir fait un « parallèle » entre son parti et le groupe terroriste. Les tweets de la responsable du Front National avaient soulevé une vaste polémique et une importante tempête médiatique.

En janvier dernier, Gilbert Collard, député apparenté FN, avait été mis en examen pour le même motif. Il avait diffusé la photo d’un homme gisant au sol, le crâne défoncé, avec le commentaire suivant : « Bourdin compare le FN à Daesh : le poids des mots et le choc des bobos ! »

La réaction de Marine Le Pen suite à sa mise en examen

Marine Le Pen s’est exprimée auprès de l’AFP suite à cette nouvelle décision judiciaire.

Je suis mise en examen pour avoir dénoncé l’horreur de Daesh. Dans d’autres pays ça me vaudrait une médaille. La persécution politique n’a même plus la limite de la décence.

Marine Le Pen s’est également confiée auprès de la rédaction du Figaro sur cette mise en examen. Elle dénonce un nouvel acharnement judiciaire scandaleux à son égard.

J’ai désormais ma médaille de la résistance contre Daesh. Je suis donc inquiétée pour combattre le terrorisme. C’est le monde à l’envers. Pour me mettre en examen ils ont dû aller chercher un texte qui, à l’origine, est fait pour protéger les enfants du minitel rose.

Les médias étrangers tous fautifs également ?

Cette polémique et ce débat sur l’utilisation et la publication d’images violentes ou choc sont revenus sur le devant de la scène lors des attentats du 13 novembre en France. De nombreux médias anglo-saxons ont publié un cliché de l’intérieur du Bataclan avec les corps des victimes de l’attentat terroriste. Aucun média français n’a souhaité publier cette image terrible. La rédaction de Paris Match a eu ces derniers mois de nombreux problèmes avec des images chocs lors de reportages sur l’attentat de Nice ou sur le procès du frère de Mohammed Merah.

Publié le jeudi 1 mars 2018 à 17:05, modifications jeudi 1 mars 2018 à 17:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !