Politique

Marine Le Pen veut taxer le contrat de travail des étrangers

Marine Le Pen, a annoncé jeudi matin qu’elle souhaitait la mise en place d’une taxe additionnelle sur tout nouveau contrat d’employé étranger.

Dans une interview accordée au journal Le Monde, Marine Le Pen a dévoilé une partie de son programme économique. Interrogée sur la fiscalité, la candidate FN a déclaré vouloir appliquer la priorité nationale à l’emploi par l’intermédiaire d’une taxe additionnelle sur tout nouveau contrat d’employé étranger. Marine Le Pen précise que les recettes de cette taxe seraient reversées à l’indemnisation des chômeurs.

Cette « priorité nationale », auparavant baptisée « préférence nationale » par le Front national, est de longue date au cœur du programme du parti d’extrême droite.

Un mécanisme déjà existant

Or, selon L’Express, un mécanisme similaire est déjà en vigueur en France. En effet, pour recruter un employé étranger, les chefs d’entreprise doivent obligatoirement s’acquitter d’une taxe forfaitaire auprès de l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

La présidente du FN, vainqueur au premier tour, mais systématiquement battue au second, selon certains sondages, doit dévoiler ce week-end les grandes lignes de son programme, à l’occasion d’assises présidentielles à Lyon, rapporte Reuters.

Autres mesures

La candidate à la présidentielle a également déclaré vouloir baisser les impôts de 10% pour les contribuables modestes et les classes moyennes. Une  « prime de pouvoir d’achat » devrait également être créée pour les personnes aux faibles revenus et pour les retraités dont la pension est inférieure à 1 500 euros par mois. Cette prime d’environ 80 euros par mois serait financée par une taxe de 3% sur l’importation de biens et services.

Publié le vendredi 3 février 2017 à 16:40, modifications vendredi 3 février 2017 à 16:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !