Politique

Marine Le Pen réélue présidente du Front national

Marine Le Pen, seule candidate à sa succession, a été réélue sans suspense présidente du Front national, avec 100% des suffrages exprimés, à l’issue d’un vote par correspondance dont les résultats ont été proclamés dimanche lors du congrès du parti à Lille.

Marine Le Pen, âgée de 49 ans, entame un troisième mandat à la tête du parti qu’elle dirige depuis qu’elle a succédé à son père en 2011, et pour lequel elle proposera dans l’après-midi une nouvelle appellation.

Il y a eu 2,87% de bulletins blancs ou nuls, a précisé le secrétaire général Steeve Briois, sans donner le nombre de votants.

Le FN, qui tient à Lille son 16e congrès, revendique quelque 83.000 adhérents, dont 51.000 à jour de cotisation.

Marine Le Pen, qui est également députée du Pas-de-Calais, doit prononcer un discours dans l’après-midi dans lequel elle proposera un nouveau nom pour son parti, qu’elle peine à relever après son échec à la présidentielle et à propos duquel elle admet “un trou d’air”.

Louis Aliot, jusqu’à présent vice-président chargé de la formation et des manifestations, a été le mieux élu par les militants au conseil national (ex comité central), le parlement du parti, devant Steeve Briois, secrétaire général jusqu’à ce congrès, et Nicolas Bay, vice-président chargé des affaires européennes, qui passe de la 8e à la 3e place. Ce scrutin a été organisé par correspondance.

Au congrès de 2014, l’ex députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen était arrivée en tête, devant Louis Aliot et Steeve Briois. Florian Philippot avait obtenu la quatrième place.

De nouveaux statuts

Mais Mme Maréchal-Le Pen s’est retirée de la politique en mai dernier, et M. Philippot, qui était le bras droit de Mme Le Pen, a claqué la porte du parti en septembre. Si bien que M. Aliot, compagnon de la présidente du parti, et M. Briois étaient déjà devenus de facto les deux premiers responsables de ce conseil national.

L’ordre d’arrivée des élus est un baromètre de leur influence au sein du FN.

Les militants ont aussi voté à ce congrès de nouveaux statuts, qui suppriment notamment le poste de président d’honneur de son père Jean-Marie Le Pen, 89 ans, déjà exclu en 2015 par sa fille en raisons de ses propos polémiques répétés sur la Shoah.

M. Le Pen n’est pas venu au congrès du parti qu’il a cofondé en 1972, une première pour lui.

Le conseil national compte 120 membres, dont 100 sont élus par courrier et 20 cooptés par la présidence.

Mme Le Pen a donné les noms des 20 promus du conseil national, parmi lesquels figurent le député du Gard Gilbert Collard, l’ancien mégrétiste Philippe Olivier, qui est également le beau-frère de la présidente du parti, et le maire de Beaucaire (Gard) Julien Sanchez.

Publié le dimanche 11 mars 2018 à 13:20, modifications dimanche 11 mars 2018 à 12:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !