Politique

Manuel Valls approuve la primaire du Parti Socialiste

Si le Premier Ministre a, dans un premier temps, été opposé à la tenue d’une primaire au sein du Parti Socialiste, il est à présent favorable à cette décision et y voit même un intérêt pour « rassembler la gauche ».

Sur une proposition du premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, le Conseil national du Parti Socialiste a approuvé, samedi 18 juin, à l’unanimité, l’organisation d’une primaire ouverte à « la gauche du gouvernement ». Cette consultation devrait avoir lieu les 22 et 29 janvier 2017. Les candidatures débuteront le 1er décembre et prendront fin quinze jours plus tard.

L’objectif est de donner une suite à « la belle alliance populaire » impulsée en juin 2015, à l’occasion du Congrès Socialiste de Poitiers, qui avait rassemblé le Parti Socialiste, le Parti radical de gauche (PRG) ainsi que les écologistes favorables au gouvernement.

Le Premier Ministre, Manuel Valls a, ainsi, réagit à cette décision en déclarant que la participation de François Hollande à cette primaire ne serait pas « dévalorisante » :

Qu’y a-t-il de dévalorisant à retourner devant les Français, à défendre ses idées, à expliquer son action ? C’est cela, la démocratie ! (…) Ce qui compte, c’est le sens que l’on donne à une candidature. Nous sommes à un tournant.

A-t-il déclaré dans les colonnes du Journal du Dimanche, le 19 juin.

Pourtant, le chef du gouvernement avait rejeté jusqu’à présent l’idée d’une primaire. En effet, le 16 janvier dernier lors de son intervention dans l’émission de Laurent Ruquier, On n’est pas couché, sur France 2, il avait estimé que seul François Hollande, était « le candidat naturel de la gauche ». Il avait ajouté que :

Le président de la République sortant n’avait pas à se soumettre à une primaire.

Enfin en mars dernier, sur BFMTV – RMC, Manuel Valls avait à nouveau fait part de ses réticences quant à une primaire à gauche. Il se disait en effet :

Très méfiant à l’égard de toutes ces initiatives qui consisteraient au fond à nous faire revenir à une autre République.

Désormais, il semble qu’il ait revu son avis sur cette primaire qu’il juge comme « un besoin de participation démocratique dans notre société ».

Publié le lundi 20 juin 2016 à 9:35, modifications lundi 20 juin 2016 à 9:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !