Politique

« Madame Fillon, rendez-nous les 500 000 euros »

La pétition qui fait le buzz

Une pétition, émise par Christophe Grébert, réclamant le remboursement des rémunérations de Penelope Fillon a déjà dépassé les 100.000 signatures.

« Madame Fillon, rendez-nous les 500 000 euros ». L’initiative a été lancée par un élu centriste de Puteaux (dans les Hauts-de-Seine). En effet, Christophe Grébert a lancé une pétition sur le site change.org, vendredi 27 janvier.

Elle demande à Penelope Fillon de rembourser les 500 000 euros qu’elle aurait touchés entre 1998 et 2006, pour avoir été l’assistante parlementaire de son mari.

Déjà 159 000 signatures

Après les révélations du Canard Enchaîné, jugeant cet emploi fictif, ainsi que l’enquête en cours du parquet national financier, c’est donc une nouvelle offensive contre le clan Fillon.

En effet, la pétition de Christophe Grébert a déjà recueilli plus de 159 000 signatures.

Au total, 500 000 euros d’argent public ont été versés pour cet emploi. Un montant qui vous semblera sans doute exagéré. Puisque dans différentes interviews vous affirmez n’avoir ‘jamais été impliquée dans la vie politique’ de votre mari.

Explique l’élu centriste dans son texte de la pétition avant de poursuivre :

C’est une question de morale et d’éthique. Si vous n’avez pas effectué réellement ce travail d’attachée parlementaire, nous vous demandons de rembourser ces 500.000 euros à l’Assemblée Nationale. Et donc à nous, le peuple français.

« Tout le monde parle d’elle, personne ne l’a entendue »

Or, à l’origine de ce texte, on trouve un habitué des pétitions. En effet, Christophe Grébert avait déjà lancé en 2009 une pétition contre la nomination de Jean Sarkozy à l’EHPAD.

Interviewé par le magazine Challenges, Christophe Grébert a justifié son geste en expliquant qu’il avait souhaité interpeller directement l’épouse de François Fillon :

Alors que l’affaire la concerne directement, personne n’a eu l’idée de lui demander son avis.

L’auteur de la pétition a notamment souhaité combattre « ce système d’entre soi ». Ces politiques qui peuvent tout faire sans contrat rendre. Il s’est également montré très sévère à l’égard de la justice qu’il considère :

très faible pour combattre les phénomènes de corruption car très mal équipée pour combattre ces pratiques

En citant notamment le couple Balkany.

Néanmoins, il réfute le « caractère démagogique » de sa démarche alors même que l’enquête judiciaire vient de démarrer. Jusqu’à nouvelle preuve Penelope Fillon est présumée innocente :

Ce n’est pas populiste. Je fais de la politique bénévolement, je n’ai rien à gagner dans cette histoire, je ne participe pas aux futures élections. Je ne soutiens personne à la Présidentielle.

Pourtant, si la pétition continue à prendre de l’ampleur, nul doute que ce sera un nouveau coup dur pour l’équipe du vainqueur de la Primaire de la droite et du centre.

En effet, Mediapart vient d’annoncer ce samedi 28 janvier que François Fillon aurait également détourné des fonds publics alors qu’il était sénateur.

Nul doute que Christophe Grébert sera certainement tout ouïe, lorsque Penelope Fillon s’exprimera publiquement dans les médias la semaine prochaine, selon une information du Monde.

Publié le dimanche 29 janvier 2017 à 12:37, modifications dimanche 29 janvier 2017 à 12:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !