Politique

Macron fait durer le suspens et tarde à recomposer son gouvernement

Le gouvernement français restera en sursis au moins jusqu’à samedi, l’exécutif n’ayant toujours pas nommé de nouveau ministre de l’Intérieur depuis le 3 octobre, un délai particulièrement long, qui illustre la difficulté pour Emmanuel Macron de gouverner sans le soutien d’un parti ancien et implanté.

Le remaniement “n’aura pas lieu avant le départ du président de la République en Arménie ni tant qu’il sera à Erevan” d’où il revient vendredi soir, a fait savoir le palais de l’Elysée mercredi matin, alors que les médias spéculent depuis une semaine sur qui pourra remplacer Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur démissionnaire qui a plongé le gouvernement dans cette étrange situation.

Emmanuel Macron “souhaite prendre tout le temps nécessaire, dans le calme, le professionnalisme et le respect des personnes, à la composition d’une équipe cohérente et de qualité au service des Français”, ajoute la présidence, qui a précisé que le remaniement concernera plusieurs ministères.

L’opposition dénonce elle une “immense fébrilité au sommet de l’État, avec une succession de couacs et une incapacité à tracer un cap. On se demande si la France a toujours un capitaine”, selon les mots du numéro trois du parti de droite Les Républicains, Guillaume Peltier.

Dans un contexte de menace terroriste, “ça devient extrêmement long et la situation de la France commande un ministre de l’Intérieur à temps plein maintenant”, s’est-t-il inquiété. C’est le Premier ministre Edouard Philippe qui assure par intérim la fonction de ministre de l’Intérieur, un poste clé dans tout gouvernement français.

“Il y a une espèce de mousse un peu exagérée sur le fait que l’on prenne huit ou dix jours pour constituer, ou modifier, une équipe”, a tenté de tempérer le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, un des fidèles d’Emmanuel Macron.

“A l’ombre du président”

“Attention danger! On est devant une situation périlleuse et un gouvernement qui n’est pas nommé après plus d’une semaine maintenant, c’est quand même inédit”, a prévenu le président du groupe socialiste au Sénat Patrick Kanner.

Le président de l'Assemblée Nationale Richard Ferrand, à l'Assemblée nationale le 09 octobre 2018

(credit photo AFP) Le président de l’Assemblée Nationale Richard Ferrand, à l’Assemblée nationale le 09 octobre 2018

Et de pointer une des explications possibles pour justifier une telle lenteur: la faiblesse structurelle de la base politique d’Emmanuel Macron, qui le prive d’un éventail de cadres de confiance.

“Ça montre aussi les limites du macronisme”, a-t-il jugé. “Est-ce qu’il a une histoire? Non. Est-ce qu’il y a un parti organisé au sens classique du terme? Manifestement, non”.

Emmanuel Macron, dans son accession météorique aux plus hautes charges et armé de sa volonté de briser les structures anciennes, n’a pas bâti son pouvoir sur des fondations politiques profondes, et son mouvement, la République en marche (LREM), manque de figures proéminentes, de lieutenants, de vieux soldats avec qui il aurait pu développer une profonde complicité, et sur lesquels il pourrait s’appuyer presque aveuglement.

Cette difficulté, “c’est le corollaire du renouvellement sans précédent opéré en 2017” estime Chloé Morin de l’Institut Ipsos.

“Quand vous n’avez pas d’appareil politique ancré localement, où vous avez pu tester les gens, dans des partis qui sont une forme d’institution d’éducation politique, vous êtes un peu démunis”, analyse le politologue Pascal Perrineau.

La République en Marche, créée en 2016 par Emmanuel Macron pour accompagner son ascension, a siphonné avec succès le Parti socialiste et les Républicains par le centre. Mais elle reste une structure tendre, agrégeant des personnalités d’horizons différents qui ne sont pas soudées par un parcours commun.

“Toute nouvelle organisation peu structurée, avec peu de profondeur historique est un peu démunie” à l’heure de faire tourner son effectif, selon M. Perrineau.

De plus, Emmanuel Macron occupe tellement l’espace médiatique que ses lieutenants ont du mal à exister. “La figure présidentielle phagocyte l’essentiel de l’attention médiatique et des attentes de l’opinion, par conséquent ceux qui grandissent à l’ombre du président ont du mal à prendre la lumière”.

M. Kanner s’est par ailleurs interrogé sur “l’osmose” entre M. Macron et son Premier ministre. Ce dernier “a présenté par exemple des candidatures pour le poste de l’Intérieur qui ont été, je crois (…) retoquées par le président de la République”.

D’éventuelles tensions démenties par l’Elysée: “Ce remaniement se déroule dans le strict respect de nos institutions, le Premier ministre propose un dispositif gouvernemental et le Président nommera les ministres”.

Publié le mercredi 10 octobre 2018 à 13:10, modifications mercredi 10 octobre 2018 à 18:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !