Politique

Macron a dépensé 29.042 € pour 35 séances de maquillage

Et le maquillage avait bien un caractère électoral, il est donc remboursé dans les frais de campagne.

Le coach vocal recalé

On connaît désormais deux des ingrédients nécessaires à la victoire lors d’une élection présidentielle en France. Distribuer des fraises tagadas tout d’abord. Et se maquiller. Beaucoup. Et en y mettant le prix. L’analyse de ses comptes de compagne déposés à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) par nos confrères du Monde, révèle qu’Emmanuel Macron a dépensé 29.042 € pour 35 séances de maquillage.

Un chiffre tellement élevé qu’il a fait réagir la CNCCFP qui a pensé y voir des dépenses personnelles. Mais, l’équipe du candidat devenu président a réussi à convaincre. Notamment en s’appuyant sur une décision du conseil d’Etat de 2005.

Les frais de maquillage sont considérés par le juge électoral comme des dépenses à finalité électorale et peuvent donner lieu à remboursement dès lors que ces frais ont été exposés en vue de collecter des suffrages.

Le coach vocal recalé

Le tarif plutôt élevé de 800 € était le même pour une journée de prestation, qu’il s’agisse d’une intervention à la télévision ou d’un meeting politique. Le dirigeant de l’entreprise, Arnaud Jolens est désormais directeur du Pôle Images et Evénements à l’Elysée. En revanche, pas de remboursement du candidat Macron pour ses dépenses de coach vocal. Il avait fourni deux factures pour un montant de 7.000 €. Elles faisaient suite à des classes avec le chanteur lyrique Jean-Philippe Lafont. Elles ont été considérées comme des dépenses personnelles.

A noter qu’il a toutefois été battu par Nicolas Sarkozy pour les frais de maquillage. Celui-ci avait dépensé 34.000 € de frais de maquillage pour sa campagne de 2007. Mais seulement un peu plus de 11.000 € lui avaient été remboursés. Appliquer cette recette ne garantit pas en revanche des chiffres d’approbation élevés. Un an après son élection, 6 français sur 10 se disent mécontents de la politique d’Emmanuel Macron. Ils n’ont sûrement pas eu de fraises tagada.

Publié le samedi 5 mai 2018 à 12:08, modifications samedi 5 mai 2018 à 9:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !