Politique

Législatives 2017 : Pourquoi parle-t-on de scrutin inédit ?

Une élection pas tout à fait comme les autres

Le premier tour des élections législatives se déroule aujourd’hui. Certains parlent de scrutin totalement inédit… Pourquoi ? On vous explique !

Et voilà, c’est parti ! Les bureaux de vote pour le premier tour des élections Législatives de cette année 2017 ont ouvert à 8h ce dimanche matin. Or, il s’agit d’un scrutin tout à fait inédit qu’il ne faut pas rater ! ll s’annonce extrêmement intéressant, et pourrait bien être à l’origine d’un véritable tournant dans la vie politique française…

En effet, près de 48 millions de Français sont appelés à voter ce dimanche 11 juin, à l’occasion du premier tour des élections législatives. On dénombre très exactement 7877 candidats qui se présentent dans les 577 circonscriptions française. Tout une programme ! Alors pourquoi parle-t-on de scrutin inédit ? Que faut-il retenir ? Quels sont les règles de cette élection ? On vous dit tout !

Comment être élu député ?

Les députés sont donc élus pendant les élections législatives. Il faut un député par circonscription. Ce dernier est lu au scrutin majoritaire à deux tours, pendant cinq ans. Son mandat est renouvelable. Mais pour être élu, il faut que le candidat obtienne la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins 25% des électeurs inscrits sur les listes électorales. Autant dire que ça n’arrive jamais !

Donc, les candidats qui ont obtenu au moins 12.5% des voix des personnes inscrits sur les listes électorales peuvent participer au second tour. Ils peuvent être trois ou quatre ! On parle alors de triangulaire ou de quadrangulaire. Mais généralement, seuls les deux candidats arrivés en tête passent le premier tour. Ensuite, pour être élu, il suffit d’obtenir la majorité relative au second tour.

Les règles électorales des élections législatives ne sont donc pas si compliquées qu’on pourrait le croire…

Où faut-il voter ?

Les 47 millions de Français inscrits sur les listes électorales doivent se rendre dans l’un des 69 245 bureaux de vote installés en France et à l’étranger. Mais attention, il est impossible de se rendre dans n’importe quel bureau de vote ! L’adresse du bureau de vote est clairement indiquée sur la carte électorale. Et en cas de doute, il est possible de téléphoner à la Mairie pour connaître l’adresse de son bureau de vote.

Les bureaux de vote ouvrent à 8h du matin et ferment à 20h. Il faut savoir qu’à l’étranger, les Français ont voté les 3 et 4 juin dernier. Et que dans certains territoires d’Outre-Mer, le vote a eu lieu hier, le samedi 10 juin.

Qui sont les candidats ?

Il y a cette année 7877 candidats. On compte 4536 hommes et 3341 femmes. En 2012, il n’y avait que 6603 candidats, dont 40% de femmes… Il y a donc cette année bien plus de candidats que lors de la dernière élection législative française il y a cinq ans.

Pour faire le point précis, sachez que La République en Marche ! présente 464 candidats, le MoDEM 73, les Républicains 481, l’Union des Démocrates et des Indépendants 146, le Front National 571, la France Insoumise 557, le Parti Communiste 461, le parti Socialiste 414 et le Parti Radical de Gauche 62. Parmi tout ça, il faut donc faire un choix !

La comptabilisation des suffrages

Comme pour chaque élection, pour qu’un vote soit comptabilisé, il faut que le bulletin ne soit pas abîmé, qu’il soit neutre et ne comporte aucun signe (écrit ou autre). Il faut qu’il n’y ait qu’un seul bulletin dans l’enveloppe. Les bulletins non conformes au code électoral français sont considérés comme nuls.

Certains électeurs font le choix de voter blanc. Ce sont des bulletins vierges ou encore des enveloppes vides. Or, ces votes blancs ne sont plus assimilés aux votes nuls, et sont comptabilisés depuis 2014. Cependant, ils ne sont pas pris en compte dans le calcul des suffrages exprimés.

Cette année, les élections législatives s’annoncent un petit peu différentes, et particulièrement intéressantes…

De nouveaux enjeux

Les enjeux sont un peu différent cette année pour les élections Législatives. En effet, on sait qu’une loi sur le non cumul des mamans a été adoptée et est entrée en vigueur. Ce qui signifie tout simplement que les députés ne peuvent plus exercer en même temps un mandat à l’Assemblée nationale et un mandat au niveau de l’exécutif local. Donc, le renouvellement devrait être extrêmement important ! On le sait, car 216 candidats ont décidé de ne pas se représenter, ce qui est un record absolu…

Alors certes, la surprise ne devrait pas être énorme. En effet, on nous annonce depuis plusieurs jours maintenant que c’est le parti politique d’Emmanuel Macron qui aura la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Et oui, c’est la République en Marche ! qui devrait briguer la plupart des sièges de députés. Ce qui offrirait à notre nouveau Président de la République une majorité confortable pour mener à bien la politique qu’il a énoncé dans son programme électoral.

Une véritable opposition ?

Mais quelle sera la véritable force des autres partis politiques. Car à ce niveau, les sondages restent assez flous. On ne sait pas bien par exemple quel sera le résultat du Front National… Le parti politique d’extrême droite pourrait-il être un réel contre-pouvoir à l’Assemblée nationale ? Et bien pour ce faire, il faudrait qu’il obtienne au moins 15 sièges à l’Assemblée. Certains parlent de 30… mais il faut bien avouer que cet enjeu important reste pour l’instant très flou…

Et les Républicains ? Et bien, ils devraient conserver une centaine de siège. En effet, selon un étude IPSOS, ils bénéficient d’une intention de vote s’élevant à près de 22%. Il ne fait donc presque aucun doute que le parti de la droite française devrait être LA véritable force d’opposition du nouveau Parlement. Mais là encore, il faut être prudent et attendre les résultats.

La France Insoumise ? Et bien c’est assez compliqué car il semble que la tête pensant du mouvement, Jean-Luc Mélenchon, ait bien du mal à convertir ses soutiens en sièges à l’Assemblée nationale. C’est la même chose pour le parti socialiste, qui était pourtant majorité ces cinq dernières années. La gauche française est en crise, et les candidats ont bien du mal à convaincre l’électorat. ON ne sait pas encore ce qu’il va se passer, mais plusieurs candidats sont en grande difficulté et pourraient bien être éliminés dès le premier tour !

Les choses s’annoncent particulièrement compliquées, d’autant plus que la participation annoncée est extrêmement faible…

Rendez-vous ce soir pour en savoir un peu plus sur la composition de l’Assemblée nationale !

Publié le dimanche 11 juin 2017 à 13:06, modifications dimanche 11 juin 2017 à 13:06

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !