Politique

Législatives 2017 : Après sa défaite Henri Guaino estime que les électeurs sont « à vomir »

L'ancien député LR des Yvelines est très inquiet pour l'avenir de la France

Invité sur le plateau de “BFM TV”, Henri Guaino semble pour le moins consterné par le score fleuve des candidats de la République En Marche dans le cadre du premier tour des élections législatives. L’ancien député LR des Yvelines a été battu dimanche dans la 2ème circonscription de Paris. Il dresse un constat amer et terrible vis-à-vis des citoyens et du mouvement En Marche. Confier une majorité aussi large serait dramatique aux yeux d’Henri Guaino. Ce leader majeur de la droite française serait-il mauvais perdant ?

Parmi les nombreuses réactions au sein de la classe politique face au séisme provoqué par les candidats la République En Marche au premier tour des élections législatives, les propos du député Henri Guaino ont marqué les esprits. L’homme qui fut un temps conseiller de Nicolas Sarkozy a donc perdu son ultime bataille politique. L’ancien député LR des Yvelines depuis cinq ans a été battu dimanche soir. Son parachutage dans la 2ème circonscription de Paris a été un échec. Ce premier tour des élections législatives s’annonçait d’ailleurs très périlleux pour lui. Il avait en effet été privé de l’investiture des Républicains (LR). Henri Guaino a récolté moins de 5% des voix selon des informations du Figaro.

Les Français seraient-ils des veaux Monsieur Guaino ?

Henri Guaino a été très dur vis-à-vis des citoyens français. Il a visiblement très mal digéré sa défaite. Henri Guaino est en réalité très inquiet pour l’avenir de la France.

L’électorat qui a voté aujourd’hui dans la 2e circonscription de Paris [Ve, VIe, VIIe arrondissements de Paris] est, à mes yeux, à vomir. Vous m’entendez bien, à vomir.

Les propos de l’ancien député des Yvelines ont jeté un froid sur le plateau de BFM TV. Henri Guaino en a d’ailleurs profité pour régler ses comptes avec l’électorat de François Fillon et la ligne droitière qui a mené son parti dans le mur aux présidentielles. Il n’a pas non plus épargné les électeurs d’Emmanuel Macron et du mouvement En Marche.

Entre les bobos d’un côté, qui sont dans l’entre-soi de leur égoïsme… Et puis il y a cette espèce de bourgeoisie traditionnelle de droite. Celle qui va à la messe, qui amène ses enfants au catéchisme et qui après vote pour un type qui pendant trente ans s’est arrangé, a triché par tous les moyens. Un peu pétainiste, vous savez tous ces gens qui ont voté à la primaire de la droite…

La tristesse de l’ancien député Gaulliste pour son pays

Henri Guaino est très inquiet du potentiel renouvellement en profondeur de l’Assemblée nationale par les députés de la République En Marche du président Emmanuel Macron. L’ancien député des Yvelines est visiblement nostalgique d’un certain âge d’or de la classe politique française.

Il y avait des Messmer, des Chaban, des Debré, l’héritage du gaullisme, des Séguin, des Pasqua… Maintenant, on se retrouve avec les gens que vous voyez, qui, franchement, ne méritent pas le respect.

A ses yeux, les futurs députés En Marche seraient des :

opportunistes, des affairistes, des menteurs…

La défaite de trop  pour Henri Guaino ?

Henri Guaino a également annoncé sur le plateau de BFM TV qu’il se retirait de la vie politique suite à cette défaite. Il a d’ailleurs presque exprimé un soulagement :

Enfin libre ! Je suis allé au bout du bout de mes engagements politiques. Ça fait plus de trente ans. Je crois que j’ai épuisé le sujet.

Une page se tourne donc pour l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Henri Guaino était notamment très réputé pour sa plume et les discours de l’ancien chef de l’Etat. Henri Guaino avait également tenté de se présenter à l’élection présidentielle de 2017. Il n’avait malheureusement pas réussi à obtenir le nombre de parrainages suffisants.

Le séisme des députés la République En Marche aux portes de l’Assemblée nationale

La soirée électorale de dimanche a apporté un terrible coup de massue pour les partis politiques « traditionnels ». Les résultats et le niveau actuel du Parti Socialiste et du parti Les Républicains vont laisser de terribles traces. L’expérience de terrain et les années d’engagement politique de nombreux barons locaux ont été balayées dimanche par un vent de renouveau à travers des candidats issus de la société civile pour la plupart.

Rentrée 2017 sous haute-tension pour le président Macron et sa majorité à l’Assemblée ? : Jusqu’ici tout va bien

Si le raz-de-marée électoral des candidats de la République En Marche au premier tour des élections législatives a pu surprendre bon nombre d’observateurs et citoyens, certaines figures historiques de la classe politique n’ont pas caché leur effarement hier, sur les plateaux de télévision, face au scénario probable d’un renouvellement profond de l’Assemblée Nationale par des candidats pour la plupart inconnus du grand public et issus de la société civile. En cas d’amplification au second tour, les nouveaux députés issus de la République En Marche devront vite s’aguerrir sur les bancs de l’Assemblée afin de ne pas voir dès le mois de septembre la contestation et la grogne sociale se développer dans les rues des grandes villes de France.

Publié le lundi 12 juin 2017 à 14:03, modifications lundi 12 juin 2017 à 12:44

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !