Politique

Le “cadeau” de Benjamin Griveaux qui n’a pas plu à Apolline de Malherbe

Le "cadeau" de Benjamin Griveaux qui n'a pas plu à Apolline de Malherbe

Nouvelle sortie sexiste d’un homme politique face à une journaliste enceinte. Invité de RMC et de BFMTV ce vendredi matin, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, agacé par un sujet qu’il ne souhaitait pas aborder, s’est fendu d’un commentaire que la journaliste Apolline de Malherbe n’a pas apprécié.

Las d’être interrogé sur sa potentielle candidature aux élection municipales de Paris, ainsi que sur l’hypothétique rivalité qu’il entretiendrait avec son collègue Mounir Mahjoubi, ex-secrétaire d’État chargé du Numérique, le bras droit d’Emmanuel Macron a tenté une digression en offrant un cadeau à celle qui l’interviewait.

Quand Benjamin Griveaux souhaite qu’Apolline de Malherbe s’intéresse davantage à Paris

Après une première question concernant l’intention de Mounir Mahjoubi de s’envisager comme maire de la capitale, Benjamin Griveaux a repris son interlocutrice :

Écoutez, je savais que vous alliez me poser cette question […], ça ne m’intéresse pas les questions de personnes. Ce qui m’intéresse, moi, vous le savez je suis député de Paris, c’est que cette ville aille mieux.

Loin de battre en retraite, Apolline de Malherbe a reformulé son propos, insistant sur la confrontation de l’engagement politique des deux hommes envers la ville de Paris, rappelant au député LREM qu’il sera forcé de s’opposer à quelqu’un s’il souhaite briguer un mandat de maire.

Une persévérance qui n’a pas plu à Benjamin Griveaux :

Je sais que vous aimez les fictions, que vous aimez raconter des histoires et que les seules choses qui vous intéressent sont les questions de personnes. J’ai peur que nos auditeurs ça ne les intéresse pas.

A rétorqué le secrétaire d’État à l’éditorialiste politique, avant de poursuivre :

Vous allez partir pour un congé un peu long, pour un heureux événement. Je vous ai apporté un petit roman qui s’appelle Le goût de Paris puisque je sais que vous êtes une parisienne amoureuse de Paris. Je n’ai pas de doute que non seulement vous vous intéresserez à Paris, à ce qu’on peut faire à Paris. Un peu moins aux personnes et un peu plus aux sujets.

Et la journaliste de répondre sans hésiter : «  Je n’ai besoin d’aucune leçon Benjamin Griveaux. », avant de se voir à nouveau coupée par le député souriant, « Ce n’est pas une leçon, c’est un cadeau. ». Remerciant son invité, Apolline de Malherbe l’assure, c’est bien une leçon.

Rappelons que la jeune femme, née à Paris, est spécialisée dans les interviews politiques et diplômée d’un Master en sociologie politique et d’un Master en service public obtenus à Sciences Po, où elle enseigne le journalisme politique. En cela, il est peu probable qu’elle ne connaisse la vie politique de Paris et ses enjeux qu’à travers le prisme des rivalités anecdotiques qui existent entre ses principaux acteurs.

Un hommage au “sexisme bienveillant” de François Fillon ?

Le cadeau malvenu de Benjamin Griveaux fait écho à un certain échange survenu le 20 avril 2017 entre François Fillon et la journaliste Léa Salamé. L’invité de l’émission de France 2, 15 minutes pour convaincre, est alors mis en difficulté sur le sujet de la privatisation de la sécurité sociale. Le candidat du parti Les Républicains n’a rien trouvé de mieux pour se défendre que d‘évoquer la grossesse de Léa Salamé, la félicitant au passage, pour justifier l’ignorance de cette dernière quant au fait qu’il aurait déjà répondu à la question.

Je comprends que vous me posiez cette question, puisque vous avez été absente quelque temps et je me permets de vous féliciter. Mais j’ai déjà répondu vingt fois, y compris sur ce plateau, à la question.

Avait-il répliqué. Une réponse jugée « sexiste » par de nombreux médias, ramenant la journaliste à sa condition intime de mère, et la gratifiant d’une leçon de rattrapage sur les questions évoquées dont elle n’aurait pas eu connaissance durant son congé de maternité.

Cette pique déguisée en fausse courtoisie aurait pu orienter Benjamin Griveaux vers une meilleure chute. Renoncer à son message aurait été l’occasion pour l‘élu de La République En Marche ! d’éviter de reproduire les écueils de ses prédécesseurs de l’« ancien monde ».

L’intégralité de l’entretien est disponible sur BFMTV.com

Publié le vendredi 3 août 2018 à 17:18, modifications lundi 6 août 2018 à 13:33

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !