Politique

Jean-Marie Le Pen conteste de nouveau son exclusion du Front national

Jean-Marie Le Pen, l’un des fondateurs du Front national, a demandé à la justice d’annuler son exclusion du parti et de le réintégrer après un long bras de fer entamé avec sa fille en août 2015.

A peine arrivée au tribunal de Nanterre, ce mercredi 5 octobre, appuyé sur une canne, Jean-Marie Le Pen a déclaré à la presse vouloir « la victoire », « celle de la justice ».

La guerre judiciaire entre le père et sa fille Marine a débuté en mai 2015 lorsque celui qu’on nomme « Le Menhir » avait été suspendu du Front national. Il avait ensuite été exclu le 20 août de la même année par le bureau exécutif.

Ses provocations récurrentes, notamment sur la Shoah et le maréchal Pétain avaient été jugées dommageable dans la stratégie de « dédiabolisation » entamée par Marine Le Pen à son arrivée à la tête du parti. À trois reprises déjà, la justice avait donné raison à Jean-Marie Le Pen. D’abord en annulant sa suspension puis, à deux reprises, en suspendant le congrès censé supprimer son statut de président d’honneur.

Pour ce nouveau passage devant la justice, ce mercredi 5 octobre, le cofondateur du parti d’extrême droite a demandé l’annulation pure et simple de son exclusion, sur le motif qu’elle était « entachée d’irrégularités de forme et de fond ». Il a également sollicité sa « réintégration parmi les membres » du Front national.

Assis entre son avocat Frédéric Joachim et son conseiller Lorrain de Saint-Affrique sur les bancs de la salle d’audience du tribunal de Nanterre, l’homme politique de 88 ans a également réclamé une indemnisation à hauteur de 2 millions d’euros pour le préjudice :

Porté à sa fonction de président d’honneur, mais aussi à sa dignité, son honneur, sa notoriété et son action politique.

Dans l’attente de la décision de la justice et de son hypothétique réintégration, Jean-Marie Le Pen ne se prononce toujours pas sur son éventuel soutien au Front national (et à sa fille) pour l’élection présidentielle de 2017 :

Pour l’instant non, il ne soutiendra pas sa fille.

Avait-il lâché mercredi dernier lors d’un dîner avec ses soutiens, même s’il avait avoué qu’il pourrait s’y « résigner ».

Je le dis et le redis à Marine, si vous ne faites pas l’unité du FN, vous perdrez la bataille politique. Cette défaite sera irrémédiable.

Avait-il prévenu.

Publié le jeudi 6 octobre 2016 à 10:29, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !