Politique

Italie : Après l’Aquarius, Matteo Salvini s’attaque aux Roms

En Italie, Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur, veut recenser les Roms avant d’ordonner d’éventuelles expulsions.

Alors que l’affaire de l’Aquarius a fait grand bruit, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, a de nouveau fait parler de lui ce lundi 18 juin. En effet, il a annoncé un prochain recensement des Roms qui vivent en Italie. Mais ce qui a choqué l’opinion c’est qu’il a déclaré que ceux de nationalité étrangère seraient expulsés. Et, les Italiens seraient « malheureusement gardés » sur le territoire.

Un tollé dans l’opposition

Ainsi, le patron de la Ligue (le parti d’extrême droite) a indiqué sur une télévision régionale en Lombardie, dans le nord, sa région d’origine, qu’il comptait procéder à un recensement de la communauté Rom en Italie. Il a expliqué qu’il voulait « voir qui, comment et combien ils sont ». Cela permettra, a-t-il détaillé, d’évaluer la possibilité d’expulser ceux de nationalité étrangère qui se trouveraient en situation irrégulière.

Quant aux Roms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison.

A-t-il lâché lors de cette émission.

Aussitôt, ce projet de recensement a déclenché un tollé dans les rangs de l’opposition. Ainsi qu’une réaction prudente de la communauté Rom. Or, selon l’Association Nation Rom, le point sur cette communauté a déjà été fait l’an dernier par l’Institut national italien de la statistique (Istat). Par ailleurs, l’Association Nation Rom a réclamé, dans un communiqué, une rencontre au plus vite avec le nouveau ministre.

Salvini continue sa campagne électorale avec des mots toujours plus aberrants.

A jugé de son côté une sénatrice du Parti démocrate (PD, centre-gauche), Simona Malpezzi. Pour elle, ce recensement est « seulement la dernière trouvaille au parfum vaguement fasciste de la part du nouveau ministre de l’Intérieur ».

Matteo Salvini est-il l’homme fort du gouvernement italien ?

Depuis quelques jours la Ligue occupe tout le champ politique en Italie. En effet, tandis que Matteo Salvini s’exprime à tout bout de champ sur tous les sujets, de la fiscalité à la diplomatie, sans oublier de rebondir sur le moindre fait divers, son allié Luigi Di Maio (du Mouvement 5 étoiles) semble, de son côté, avoir choisi de se faire rare.

Or, la Ligue a fait campagne sur la lutte contre l’immigration clandestine. De son côté, le M5S s’était déclaré en faveur du revenu de citoyenneté. Au final, alors que les annonces polémiques de Matteo Salvini sont à coût zéro, l’instauration du revenu de citoyenneté nécessite du temps pour mettre sur pied un « pôle emploi » à l’italienne.

Ainsi, la presse italienne semble unanime pour admettre que depuis leur prise de fonctions, c’est une impression de profonde divergence tactique qui apparaît, après moins de dix jours de plein exercice du gouvernement de Giuseppe Conte.

Publié le mardi 19 juin 2018 à 12:32, modifications mardi 19 juin 2018 à 12:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !