Politique

Islam de France : Matignon veut des résultats

Pour Matignon, musulmans de France et responsables du CFCM doivent s'approprier les mesures arretées pour l'eclosion d'un islam républicain

Édouard Philippe et Gérard Collomb mettent la pression sur le Conseil français du culte musulman. De fait, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur attendent maintenant des actions concrètes notamment dans la lutte contre les discours incitant à la radicalisation.

Hier soir, le Conseil français du culte musulman (CFCM) organisait son repas annuel de rupture du jeûne du ramadan. Le Premier ministre, Édouard Philippe et son ministre de l’Intérieur (ministère des cultes) Gérard Collomb y étaient. Ils en ont profité pour rappeler aux responsables du CFCM leurs engagements qu’ils mettent tout en œuvre pour l’avènement d’un islam républicain ou islam de France.

Islam de France : un projet d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron lors du diner 2017 au CFCM / Crédits @ L’Express

Le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur attendent maintenant des actions concrètes de la part du Conseil français du culte musulman. Cette exigence de résultats fait suite au projet de reforme de l’islam de France. Celui-ci était porté par le président de la République.

En effet, en février dernier, Emmanuel Macron se lançait dans les prémices d’une refonte de la deuxième religion de l’Hexagone. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, l’hôte de l’Élysée disait travailler à la structuration d’un islam républicain :

Nous travaillons à la structuration de l’islam de France et aussi à la manière de l’expliquer, ce qui est extrêmement important. Mais je ne dévoilerai une proposition que quand le travail sera abouti

Contours et date butoir

Emmanuel Macron se proposait de poser “les jalons de toute l’organisation de l’islam de France”. En prérequis, la méthode du président consistait en un travail touche par touche. En consultant d’abord des figures éclairées sur ce type de sujet.

Je vois des intellectuels et des universitaires[…]des représentants de toutes religions, car je considère que nous devons nous inspirer fortement de notre histoire, de l’histoire des catholiques et de celle des protestants[…]Mais c’est durant ce premier semestre 2018 que je souhaite poser les jalons de toute l’organisation de l’islam de France

Le locataire de la rue du Faubourg Saint-Honoré se fixait ainsi comme date butoir la fin du premier semestre 2018. Par conséquent, pour Matignon, on est loin des objectifs du bureau présidentiel.

Concrètement, ce qu’attend Matignon du CFCM

Au sortir de ces mois de réflexion, l’État ajoutait une nouvelle impulsion en plus de celles qu’il avait déjà initiées dans la structure née en 2003. Il estime aujourd’hui qu’il est temps pour les musulmans de France et pour les responsables du CFCM de se réapproprier le projet. Les principaux points qui importent au gouvernement sont nombreux.

D’une part, la lutte contre les discours incitant à la radicalisation. D’autre part, la formation des imams et des cadres religieux sur le sol français, selon un cursus renforcé. Il sera basé sur les principes républicains d’une “charte de  l’imam“.

Ensuite, un meilleur encadrement du financement du culte musulman par des fonds étrangers. Les pays d’où proviennent ces apports influenceraient la pratique en France. Enfin, veiller à ce que l’organisation dudit culte s’inscrive dans la lignée de l’Islam de France comme pensé par Emmanuel Macron.

Les mots d’Édouard Philippe et de Gérard Collomb

Un temps annoncé absent, le Premier ministre est finalement venu en fin de soirée. Devant un auditoire clairsemé, il a synthétisé ce qui pour lui allait de soi.

Nous avons de grands défis à relever ensemble, pas sûr que ce soit la peine de les détailler tellement ils sont évidents[…]Tout le monde sent bien combien nous vivons un moment crucial pour notre pays, pour la qualité de notre vie en commun

Toutefois, c’est le ministre de l’Intérieur qui s’est le plus exprimé. Arrivé à l’heure, le chargé des cultes a opté pour une allocution aussi forte que ferme.

C’est à vous d’abord qu’il appartient de mener le combat contre l’islam radical et les messages de fermeture et de repli sur le terrain théologique, que vous seuls pouvez investir.
Et il faut aller encore plus loin si nous voulons que ce discours d’un islam pleinement républicain soit audible et efficace. Car les thèses du repli sont puissamment relayées sur internet et sur les réseaux sociaux

A-t-il développé, avant de continuer sur le plan pratique.

L’appel aux pratiquants, pour un islam républicain

Une grande concertation des musulmans sera lancée dans chaque département. Une idée qu’entérine le président du CFCM, Ahmet Ogras.

Il est temps […] qu’en partant de la base, du terrain, on puisse faire converger des propositions. À partir desquelles le président de la République serait en mesure de prendre des initiatives fortes

Concluait Gérard Collomb.

Publié le mercredi 13 juin 2018 à 17:46, modifications mercredi 13 juin 2018 à 17:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !