Politique

Insulter un chef d’État étranger est désormais légal en Allemagne

La mesure qui permettait à un chef d’Etat de poursuivre quelqu’un pour insulte est désormais abrogée.

Le code pénal allemand comportait une disposition bien étrange qui rendait illicite l’offense verbale proférée à l’encontre d’un chef d’Etat étranger. Depuis le 1er janvier 2018, le Bundesrat a finalement abrogé cette mesure absurde dans un pays démocratique.

Un célèbre antécédent : l’affaire Böhmermann

Ce paragraphe numéro 103 du code pénal exposait tout contrevenant à 3 ans de prison au maximum pour toute insulte dirigée contre un chef d’Etat étranger ou ses représentants. Cette mesure avait ainsi été utilisée par le Premier ministre turc contre l’humoriste allemand Jan Böhmermann. Celui-ci avait en effet adressé à Erdogan un poème satirique à la télévision en 2016 dans le contexte tendu de l’accord avec la Turquie à propos de l’accueil des réfugiés syriens.

Dans ce poème, Jan Böhmermann s’attaquait directement à Erdogan, le traitant de zoophile et de pédophile. Le Premier ministre turc, qui a peu apprécié cette intervention, a donc porté plainte contre l’humoriste. En conséquence, son émission de télévision a été suspendue et son texte censuré, suscitant ainsi un vif débat en Allemagne à propos de la liberté d’expression.

Pour éviter un accident diplomatique, Angela Merkel avait autorisé le président turc à poursuivre l’humoriste, tout en promettant d’abroger cette disposition légale. C’est maintenant chose faite.

Publié le mercredi 3 janvier 2018 à 11:26, modifications mercredi 3 janvier 2018 à 10:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct