Politique

Hidalgo, Aubry et Taubira lancent « Dès demain », un mouvement humaniste

Les maires socialistes de Paris et de Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et artistes, ont lancé le mouvement « Dès demain ». Il est ouvert à « tous les humanistes qui croient encore en l’action ».

Alors que Benoît Hamon a lancé son mouvement « transpartisan », Anne Hidalgo, Martine Aubry, Christiane Taubira, accompagnées d’intellectuels et d’artistes, ont annoncé la création du projet « Dès demain ».

Dans une tribune publiée dans Le Monde mercredi 10 mai, les quelque 160 signataires ont appelé leurs concitoyens à un « sursaut » pour une démocratie européenne, écologique et sociale par l’intermédiaire de ce nouveau mouvement.

Ainsi, parmi les membres signataires, on retrouve des personnalités politiques comme Guillaume Balas et Mathieu Hanotin, des proches de Benoît Hamon, ou encore Marylise Lebranchu. Mais aussi, des artistes tels que le photographe et militant écologiste Yann Arthus-Bertrand, le chanteur Jacques Higelin ou l’humoriste Christophe Alévêque.

« Dès Demain », ça n’est pas un parti, ça n’est pas un courant, vu la participation d’élus de diverses sensibilités socialistes.

A expliqué Anne Hidalgo, la maire Parti socialiste de Paris dans un entretien à l’AFP.

« S’émanciper des vieux carcans d’hier »

En effet, pour le collectif, l’Europe et la France sont menacées par la confrontation de ceux qui « prônent la dérégulation » et ceux qui « misent sur la démagogie pour renverser la table ».

Dans la tribune, le mouvement cite quatre défis à relever. Le changement climatique, la lutte contre l’exclusion et les inégalités. Mais aussi, le renouvellement de la démocratie et la défense du vivre ensemble.

Aujourd’hui, plus que jamais, le moment est venu de nous émanciper des vieux carcans d’hier. Et des débats strictement internes aux appareils politiques pour créer un mouvement. Dont le rôle sera d’identifier les solutions et les réussites locales.

Détaille le texte.

Un autre axe d’étude concerne le monde du travail, où « se côtoient les gagnants et les perdants de la mondialisation». Il s’agit là de « donner sa place et sa chance à chacun ».

L’un des grands défis concerne la protection des valeurs « de la République sociale et laïque ». L’objectif étant de repenser l’éducation, la recherche et la culture, afin de lutter contre l’extrémisme, le sexisme et l’homophobie.

« L’idée depuis longtemps »

En outre, la maire de Paris a déclaré en avoir eu « l’idée depuis longtemps ».

Elle s’est dite prête à en assumer la présidence lorsque la future association sera lancée lors d’une « grande réunion publique avant l’été ».

Or, Anne Hidalgo a assuré avoir « vu tout le monde » au Parti socialiste. Elle a insisté pour faire prévaloir que

Cette démarche ne s’inscrit pas dans le cadre du Parti socialiste.

En effet, invitée au micro de la matinale de RTL ce jeudi 11 mai, l’édile parisienne a précisé que ce mouvement « n’a pas vocation à jouer dans les recompositions du PS ou des autres formations ».

Il y a aujourd’hui un besoin, exprimé depuis longtemps à créer une plateforme, un réseau. Un mouvement qui permette de reprendre toutes les initiatives. Les solutions qui sont aujourd’hui trouvées en France dans tous les domaines.

Publié le jeudi 11 mai 2017 à 11:34, modifications jeudi 11 mai 2017 à 14:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

6 Commentaires