Politique

Hausse de la CSG : Emmanuel Macron se défend de l’effort demandé « aux plus âgés »

Emmanuel Macron a réagi à la hausse de la CSG qui concerne notamment une partie des retraités.

En déplacement à Châlons-en-Champagne, Emmanuel Macron a déclaré qu’il « assumait » de demander « un effort aux plus âgés » après avoir été interpellé par des retraités sur la hausse de la CSG. Emmanuel Macron s’est rendu dans la Marne pour une rencontre avec le maire Les Républicains, Benoist Apparu et des élus locaux. Avant cela, il avait passé une demi-journée avec l’armée de Terre dans les camps de Mourmelon et Suippes (dans la Marne).

De la patience

En outre, face à la presse et sur la question du pouvoir d’achat il a exhorté à « la patience ».

Je sais que je demande un effort aux plus âgés, que parfois certains râlent. Ca ne rend pas forcément populaire mais je l’assume.

A déclaré le chef de l’Etat après une déambulation dans les rues de Châlons-en-Champagne.

C’est comme quand on refait en profondeur une maison. Au début on voit les plans, on se projette. Et après on commence les travaux, il y a un moment ça sent la peinture. Y a des courants d’air, il fait plus froid, on se demande pourquoi on a fait tout ça…

S’est justifié Emmanuel Macron.

Il faut avoir la patience de rappeler pourquoi on le fait, d’avoir des désagréments passagers. Parce, qu’a la fin c’est quand même mieux qu’au début.

A conclu le président de la République en rappelant que par ailleurs, la première baisse de la taxe d’habitation interviendrait en octobre 2018.

L’impact de la hausse de la CSG sur les retraités

Pour rappel, en novembre dernier, les députés ont rétabli la hausse de la CSG. Cette augmentation, entrée en vigueur le 1er janvier, est destinée à compenser la suppression des cotisations sociales pour les salariés du secteur privé. Ainsi, près de 60% de retraités, soit 8 millions de personnes, devraient être concernés en 2018. Sont visés les revenus supérieurs à 1.394 euros net par mois pour une personne seule de plus de 65 ans. Toutefois, les retraités aux revenus les plus modestes seront soit exonérés, soit soumis à la CSG à taux réduit.

La hausse de la CSG a été vivement critiquée, à gauche comme à droite. Par ailleurs, le député La République en Marche, Frédéric Barbier, a proposé un amendement. Ce dernier a pour but de relever le seuil d’exonération de la hausse pour les retraités à 1.600 euros net.

Enfin, entre la hausse de la CSG et la suppression annoncée et progressive de la taxe d’habitation, le pouvoir d’achat des retraités reste un sujet brûlant pour le chef de l’Etat. Une journée d’action est justement prévue le 15 mars prochain.

Publié le vendredi 2 mars 2018 à 15:08, modifications vendredi 2 mars 2018 à 15:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

4 Commentaires