Politique

François Fillon contre-attaque à son meeting à la Villette

Alors que ce meeting à la Villette devait être celui du coup d’envoi de sa campagne, mais François Fillon, empêtré par les affaires qui s’amoncellent a dû durcir le ton pour remotiver ses troupes.

C’était un rendez-vous très attendu. Quatre jours après le début de la polémique sur l’emploi présumé fictif de son épouse Penelope, François Fillon a fait sa première apparition publique ce dimanche 29 janvier, lors de son meeting à la Villette.

Avec une entrée soigneusement préparée le couple a été ovationné par les militants Les Républicains venus en masse à la Porte de la Villette à Paris.

En effet, acclamés dès leur entrée dans une salle remplie (13.500 personnes inscrites, selon les organisateurs), François et Penelope Fillon se sont frayés un chemin après avoir salué les principaux ténors du parti. Sous les cris de « Penelope, Penelope », Madame Fillon s’est vu offrir un bouquet de fleurs tandis que quelques partisans affichaient des messages de soutien.

Déclaration d’amour à son épouse

A la tribune, les larmes aux yeux et la voix étranglée par l’émotion, François Fillon a adressé une véritable déclaration d’amour à son épouse :

A travers Penelope, on cherche à me casser. Moi, je n’ai peur de rien, j’ai le cuir solide. Si on veut m’attaquer, qu’on m’attaque droit dans les yeux. Mais qu’on laisse ma femme en dehors de ce débat politique

A-t-il ainsi déclaré en ajoutant :

Je veux dire à Penelope que je l’aime. Je ne pardonnerai jamais à ceux qui ont voulu nous jeter aux loups.

Ensuite, François Fillon a assuré qu’il ne se laisserait pas « intimider ».

Il a poursuivi en déclinant son programme libéral pour lutter contre « le chaos français ».

Sous les encouragements des « Fillon, président » et « on va gagner » scandés par les militants, le candidat de la droite à la présidentielle a assuré qu’il avait « le cuir solide », mais a demandé « qu’on laisse ma femme en dehors de ce débat politique ».

Après avoir salué le rassemblement de toutes les forces de la droite et du centre, François Fillon a demandé à la foule d’ovationner Alain Juppé :

Immense merci à Alain Juppé. Pour ce qu’il a fait pour la France, pour son amitié et pour sa présence aujourd’hui.

S’est-il écrié en référence à la déclaration du maire de Bordeaux qui a exclut de prendre sa succession en cas de désistement.

François Fillon a déroulé son programme

Il s’est ensuite tourné vers les militants pour leur demander leur soutien :

On essaie de construire un scandale, comme par hasard, à trois mois de l’élection. Je viens de loin et on ne m’intimidera pas.

Sans plus s’attarder sur l’affaire Pénélope Fillon, le candidat à l’élection présidentielle a centré son discours sur le sens qu’il veut donner à sa campagne.

Une seule chose compte pour moi : le désir de servir et de rendre à la France tout ce que nous avons reçu d’elle.

Finalement, pendant son discours, François Fillon s’est avant tout montré combatif. Il a déroulé son programme présidentiel, comme si de rien n’était.

En effet, le candidat de la droite a multiplié les formules chocs, galvanisant ses troupes. «Haussez le ton, haussez la voix », a-t-il demandé à ses supporters.

Il a affirmé avoir une vision claire de ce qu’il fera à la tête de l’Etat s’il est élu.

Je ne veux pas d’une France en deuxième division. Je veux une France qui fait la course en tête.

A-t-il scandé, évoquant notamment les classements sur l’éducation ou les performances économiques où la France ne brille pas.

Un discours musclé qu’il veut en opposition avec la politique de ses adversaires, n’hésitant pas à critiquer notamment François Hollande.

Il faut un vrai président de la République. Avec François Hollande, la France a payé le prix fort. On n’existe pas si on ne sait pas ce que l’on veut ni où on va.

Publié le lundi 30 janvier 2017 à 9:04, modifications lundi 30 janvier 2017 à 9:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !