Politique

France-USA : Tensions lors de la conversation téléphonique entre François Hollande et Donald Trump

Le 45ème président américain Donald Trump aurait eu une nouvelle conversation téléphonique agitée avec l’un des leaders de la planète. Cette fois-ci, ce serait lors d’un appel avec le président François Hollande. Les relations diplomatiques entre la France et les Etats-Unis semblent se tendre d’après des informations en provenance des USA.

Le président Trump aurait fortement critiqué l’attitude des pays de l’OTAN et de la Chine vis-à-vis des Etats-Unis. Il aurait dénoncé la manière avec laquelle ces pays membres profitaient injustement des USA. Donald Trump se serait lancé dans cette diatribe virulente au téléphone. Cet appel houleux a été passé depuis la Maison Blanche jusqu’à l’Elysée. D’après des informations du New York Post, les relations diplomatiques entre la France et les USA n’ont donc pas débuté de la meilleure des manières.

La rédaction de Politico a obtenu le témoignage d’un membre de l’administration Trump à ce sujet.

C’était une conversation compliquée. Car [le président Trump] parle de la même manière que lors de ses interventions en public. Ce n’est généralement pas de cette manière que les chefs d’état ont l’habitude de parler. [Trump] s’exprime avec des formules toutes faites, des slogans. La conversation n’était pas réellement construite, il n’y avait presque pas de fil conducteur.

François Hollande – Donald Trump : Un premier entretien tendu sur l’OTAN

D’après des informations de Politico, relayées par le New York Post, la conversation entre Donald Trump et François Hollande se serait déroulée le 28 janvier dernier. Cet entretien a donc été orchestré entre les deux dirigeants avant l’attaque terroriste menée au carrousel du Louvre. Le Chef de l’état français et son homologue américain auraient notamment évoqué le terrorisme et la lutte contre l’Etat Islamique. La discussion se serait donc envenimée sur la question de l’OTAN et de son rôle.

Donald Trump aurait donc pressurisé François Hollande sur la question de l’Alliance, de l’OTAN. D’après la source qui s’est confiée à la rédaction de Politico, Donald Trump :

semblait obsédé à propos de l’argent.

Le 45ème président américain aurait ainsi émis des menaces en expliquant que :

Les Etats-Unis veulent être remboursés.

Trump : Le téléphone rouge… de colère au sujet de l’OTAN !

A la mi-janvier, le Journal de Montréal évoquait déjà les critiques farouches de Donald Trump à l’égard de l’OTAN. Il qualifiait cette organisation d’«obsolète». Le nouveau locataire de la Maison Blanche reprochait déjà à ses États membres de ne pas payer leur part de la défense commune et de se reposer entièrement sur les États-Unis. Donald Trump s’était confié à ce sujet en janvier à la rédaction de la presse allemande (Bild) et aux médias britanniques (The Times).

J’ai dit il y a longtemps que l’OTAN avait des problèmes. En premier lieu qu’elle était obsolète parce qu’elle a été conçue il y a des années et des années. En deuxième lieu, les pays (membres) ne payent pas ce qu’ils devraient. Nous devons protéger ces pays mais beaucoup de ces pays ne paient pas ce qu’ils devraient. Ceci est très injuste à l’égard des États-Unis. Il n’y a que cinq pays qui paient ce qu’ils doivent, cinq ce n’est pas beaucoup.

Très peu d’États de l’Alliance atlantique atteignent en effet le niveau de 2% de leur Produit intérieur Brut pour les dépenses militaires. Cette exigence est pourtant en effet l’objectif que s’est fixé l’OTAN en 2014.

Cet appel tendu entre Donald Trump et François Hollande ne serait pas le seul. Depuis son entrée en fonction le 20 janvier dernier, Donald Trump s’en est déjà pris vivement par téléphone au Premier Ministre australien ainsi qu’au président mexicain.

De la friture sur la ligne

Le Premier Ministre australien Malcolm Turnbull aurait eu une conversation téléphonique musclée avec Donald Trump au sujet d’un accord sur les migrants, négocié par son prédécesseur Barack Obama. Les Etats-Unis devaient accueillir près de 1 250 réfugiés selon les termes de cet accord entre les deux pays.

La tension fut vive également entre le président américain et son homologue mexicain. Enrique Pena Nieto a du écouter le discours et les arguments du président des Etats-Unis par téléphone. Trump a réitéré ses intentions de faire financer la construction du mur à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis par le gouvernement mexicain. Le locataire de la Maison Blanche aurait même menacé de faire intervenir l’armée américaine pour combattre les cartels de la drogue mexicains.

Une tonalité positive est fort heureusement ressortie de l’entretien entre le président François Hollande et son homologue américain. Selon la Maison Blanche, Donald Trump :

a réaffirmé l’engagement des Etats-Unis à l’OTAN. Les dirigeants [étrangers membres de l’OTAN] ont également salué nos efforts combinés pour éliminer Daech en Irak et en Syrie.

Reste à savoir quelle sera la date officielle du premier déplacement du 45ème président américain Donald Trump en France ? Va-t-il rendre visite à François Hollande avant la prochaine élection présidentielle d’avril 2017 ? Donald Trump va-t-il patienter avant l’arrivée d’un nouveau locataire à l’Elysée ? Verdict en 2017 et en 2018.

Publié le mercredi 8 février 2017 à 19:20, modifications mercredi 8 février 2017 à 19:20

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top