Politique

Emplois fictifs FN : un assistant parlementaire payé 31.000€ pour un SMS ?

Emplois fictifs fn sms

Laurent Salles, l’assistant parlementaire de Louis Aliot, vice-président du FN, aurait touché 31.000 euros, alors qu’il n’a échangé qu’un seul SMS avec son patron.

Soupçons d’emplois fictifs

Depuis décembre 2016, le Front national est sous le coup d’une enquête pour soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen. En effet, Marine Le Pen aurait utilisé les fonds alloués aux assistants des eurodéputés pour financer son parti.

Ainsi, l’assistant parlementaire du député européen Louis Aliot – le vice-président du FN – de juillet 2014 à février 2015, aurait perçu la somme de 31.000 euros. Cependant, au cours de cette période, celui-ci n’aurait échangé qu’un simple SMS avec son “employeur”.

Un salaire de 2.000 euros net par mois

En dehors de ce message envoyé le 5 septembre à 14h38, on ne retrouve aucune trace de courrier, ni même de courriel entre l’assistant et le député du Front national, pour justifier son salaire de près de 2.000 euros net. De quoi surprendre les policiers de l’OCLCIFF, qui enquêtent sur les suspicions d’emplois fictifs du Front national au sein du parlement européen.

Selon les enquêteurs, ce manque de contact serait susceptible de caractériser la nature fictive de l’activité parlementaire européenne de Laurent Salles. Une situation d’autant plus étrange que l’adresse du lieu de travail de Laurent Salles était établie au siège du FN à Nanterre alors que la circonscription de Louis Aliot se situe à Perpignan.

Dix-neuf autres cas

Outre Laurent Salles, dix-neuf autres assistants parlementaires sur les vingt-quatre que comptait le parti au parlement européen à l’époque, font l’objet d’une enquête de la justice. Ni Louis Aliot, ni Laurent Salles n’ont été pour le moment entendus par la police.

Publié le samedi 15 avril 2017 à 8:32, modifications vendredi 14 avril 2017 à 20:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !