Politique

Emmanuelle Wargon : Quand la nouvelle secrétaire d’Etat à l’Ecologie défendait l’huile de palme

La nouvelle secrétaire d’État à l’Écologie, Emmanuelle Wargon, a été rattrapée par ses anciennes fonctions de directrice des affaires publiques de Danone. Poste dans lequel elle a dû défendre notamment l’utilisation de l’huile de palme.

Emmanuelle Wargon, la nouvelle secrétaire d’Etat à la Transition écologique, déclarait ce mercredi 17 octobre que le combat contre l’huile de palme faisait partie de sa feuille de route. Pourtant, cette ancienne directrice des affaires publiques de Danone défendait encore il y a quelques mois, en juillet 2018, cette huile végétale jugée dangereuse pour la santé et l’environnement

L’huile de palme : essentiel pour le lait infantile

Ainsi, la nomination de cette énarque a été vivement critiquée par plusieurs organisations de défense de l’environnement. Celles-ci ont notamment dénoncé des propos tenus en juillet dernier par Emmanuelle Wargon lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence sur l’huile de palme. Emmanuelle Wargon, alors directrice générale aux affaires publiques de Danone, avait expliqué :

L’huile de palme est le meilleur des ingrédients pour les laits infantiles. Pourtant, c’est un ingrédient qui fait l’objet de plus en plus de méfiance, à la fois pour des raisons environnementales, à cause des ravages que ça peut causer dans certaines parties du sud-est asiatique. Et aussi pour une forme de défiance, d’absence de naturalité. Et pourtant l’huile de palme est le meilleur ingrédient pour les laits infantiles et donc on en a besoin.

Depuis, la vidéo a été relayée par plusieurs médias et tourne en boucle sur les réseaux sociaux.

Emmanuel Macron peut faire les plus beaux discours sur l’écologie. Les lobbys ne sont plus simplement des groupes de pression, ils sont officiellement les ministres.

A également accusé Yannick Jadot sur RTL.

Par ailleurs, Benjamin Griveaux a lui jugé :

C’est inexact de dire qu’elle était lobbyiste puisque un lobby, c’est un cabinet de lobbying. Or elle était salariée d’un grand groupe donc elle n’était pas lobbyiste.

Autre sujet évoqué par Emmanuelle Wargon lors de ces rencontres économiques : les organismes génétiquement modifiés (OGM). A ce sujet, elle a estimé que le groupe Danone n’avait pas pris de position « dogmatique car ce serait un refus de l’innovation et de la science ».

Publié le jeudi 18 octobre 2018 à 14:59, modifications jeudi 18 octobre 2018 à 14:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !