Politique

Emmanuel Macron porte plainte contre un photographe pour « harcèlement »

En vacances à Marseille, Emmanuel Macron, suivi par un photographe, a choisi de porter plainte pour « harcèlement et tentative d’atteinte à la vie privée ».

Emmanuel Macron a porté plainte pour « harcèlement et tentative d’atteinte à la vie privée » contre un photographe de presse qui le suivait sur son lieu de vacances, a indiqué mardi 15 août le Palais de l’Elysée.

C’est la première fois qu’un président en exercice attaque ainsi en justice un photographe. Un geste qui n’est pas passé inaperçu dans les médias.Selon l’Elysée, le photographe se serait montré insistant en dépit de plusieurs mises en garde.

Ainsi, le journaliste aurait suivi à plusieurs reprises la voiture du président pendant son séjour en vacances à Marseille (dans les Bouches-du-Rhône).

D’après l’Elysée, il se serait également introduit dans le parc de la résidence privée où loge le couple présidentiel. Il s’agit de la villa du préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, située dans le Parc Talabot, dans le VIIème arrondissement de la cité phocéenne.

Un message fort

Si les spéculations allaient bon train sur les lieux de villégiature du couple Macron depuis jeudi dernier. L’information avait finalement été révélée par le Journal du dimanche dimanche 13 août.

Vendredi soir, en toute discrétion, le couple avait effectué une visite au château de Buzine, dont Marcel Pagnol fut un temps propriétaire.

La directrice du lieu, Valérie Fédèle-Cahue, a relaté au quotidien La Provence les moments de complicité du couple lors de la visite de la salle de classe de Pagnol :

Ils ont chacun pris le temps d’observer la carte, le tableau et les pupitres d’antan.

Le président a également été aperçu faisant un jogging sur la plage du Prado :

On était sur l’avenue du Prado, et là on voit plusieurs coureurs. Ils nous ont évités, et on a reconnu Macron qui courait avec un maillot de l’OM, celui du numéro 10. Il y avait ses gardes du corps derrière. On était très étonné, on ne s’attend pas à croiser le Président, encore moins avec un maillot de foot.

S’est amusée une vacancière dans les colonnes du quotidien régional. Ainsi, c’est un signal très fort envoyé par Emmanuel Macron.

En effet, le chef de l’Etat entend mettre en garde toute la presse. Dans le même temps, il confirme l’une de ses priorités depuis son élection : la maîtrise de son image et de sa communication.

« Je suis quand même choqué »

Le photographe incriminé, lui, s’est défendu au micro de RTL mercredi 16 août. Ainsi, il a affirmé qu’il n’est pas entré dans la propriété, comme évoqué dans le communiqué de la présidence de la République.

Une affirmation confirmée par une source policière locale qui précise que l’homme a bien été arrêté sur la voie publique. En outre, le photographe a expliqué, que la veille, il avait déjà subi « un contrôle normal » de police de 2 heures. A la suite de quoi, il avait malgré tout décidé de retourner sur les lieux :

En arrivant, je reconnais l’officier de sécurité, qui m’avait arrêté la veille. Je prends l’initiative d’aller lui parler. Mais tout de suite, il m’envoie bouler. Et me dit qu’il va appeler les forces de l’ordre pour me faire coffrer 48 heures.

Détaille le reporter en assurant pourtant ne pas avoir pris une seule photo à ce moment-là.

Depuis le président Sarkozy, j’ai toujours travaillé sur les vacances des chefs d’État et je n’ai jamais eu un tel traitement !

A regretté le photographe.

Alors, après 6 heures de garde à vue et s’être fait fouiller tout son matériel, il confie être « choqué et très surpris ».

Publié le mercredi 16 août 2017 à 16:18, modifications mercredi 16 août 2017 à 16:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !