Politique

Emmanuel Macron perd son mentor

Henry Hermand, homme d’affaires et mentor d’Emmanuel Macron, est décédé à l’âge de 92 ans.

Henry Hermand, considéré comme le mentor d’Emmanuel Macron, est mort à Paris dans la nuit de samedi à dimanche 6 novembre, à l’âge de 92 ans. Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement En Marche! et député Parti socialiste du Finistère, a confirmé l’information.

Originaire de Clermont dans l’Oise, Henry Hermand avait fait fortune dans la grande distribution en réalisant plusieurs grands centres commerciaux en France, notamment dans son département de naissance, à Saint-Maximin, entre Creil et Chantilly.

Il était surtout renommé pour faire partie de la gauche réformiste. En effet, fils d’épicier et ancien résistant il avait apporté son soutien à Pierre Mendès-France et plus spécialement à Michel Rocard, en s’engageant au Parti socialiste unifié (PSU) avec ce dernier.

A partir de 2002, Henry Hermand a accompagné la carrière d’Emmanuel Macron en politique. Il l’a activement soutenu pour la création de son mouvement En Marche! en mettant son réseau à sa disposition. 

En effet, le mécène avait repéré le jeune khâgneux, diplômé de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration (ENA), alors qu’Emmanuel Macron effectuait son stage d’élève haut fonctionnaire à la préfecture de l’Oise.

Henry Hermand décida alors de le prendre sous son aile, devenant même son témoin lors de son mariage avec Brigitte Trogneux, en 2007.

Emmanuel n’a jamais pris une décision importante sans m’en parler

Avait confié l’homme d’affaires au Monde en 2015.
En déplacement à Tunis, l’ancien ministre de l’Economie a déclaré avoir appris «avec beaucoup de tristesse» la disparition d’Henry Hermand, évoquant «un ami proche» qui «a toute sa vie été un homme engagé, un passionné».

C’est un entrepreneur qui a formidablement réussi et contribué à développer un secteur important de l’économie française

A détaillé Emmanuel Macron avant d’ajouter

qui s’est battu pour les idées du progressisme et m’a fait l’honneur ces dernières années d’être à mes côtés. Perdre Henry Hermand quelques mois après la disparition de Michel Rocard, c’est une forme de coïncidence des plus tristes.

Cet amateur d’art moderne a utilisé sa fortune pour soutenir la presse progressiste et les candidats de la deuxième gauche, au sein du Parti socialiste. Michel Rocard lui doit notamment une partie de son financement.

En 2014, celui qui avait été fait commandeur de la Légion d’honneur a également été l’un des cofondateurs et membre du comité stratégique de l’hebdomadaire Le 1.

Jusqu’à la fin de sa vie, il s’est engagé dans plusieurs think tanks, tels que Terra Nova, la République des idées ou encore le Club des vigilants.

Publié le lundi 7 novembre 2016 à 12:23, modifications lundi 7 novembre 2016 à 9:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !