Politique

Emmanuel Macron : En marche vers une candidature pour la présidentielle de 2017

Emmanuel Macron, l’ancien ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique du gouvernement de François Hollande, continue de sillonner les routes de France avec son mouvement En Marche et ses milliers de militants. En meeting mardi à Montpellier, il vient de délivrer un diagnostic cinglant sur l’état de la France. Sa candidature à l’élection présidentielle de 2017 semble de plus en plus crédible et envisageable.

Emmanuel Macron, récemment crédité de 34% d’opinions favorables dans un sondage Odoxa sur les personnalités qui suscitent le plus d’adhésion chez les Français, enchaîne les meetings et débute une campagne citoyenne à la rencontre des français et des militants du mouvement En Marche.

L’ancien ministre de l’économie a effectué deux autres meetings à Strasbourg et au Mans ces derniers jours.

Il a également soigné sa communication dans un entretien avec la rédaction de Challenges sur sa vision de la politique, des différents courants, de la gauche et de la fonction présidentielle. De nombreuses propositions pour la lutte contre les inégalités ont été évoquées dans cette interview comme la réforme du modèle social en créant une communauté française inclusive et en réinvestissant les quartiers.

Lors de ses dernières déclarations lors des meetings ou avec la presse, Emmanuel Macron a abordé des thèmes délicats et sensibles comme l’identité, le vivre ensemble, les choix de société ou les religions. L’ancien ministre a clairement rejeté l’identité heureuse d’Alain Juppé. Il est plus favorable à la volonté de faire communauté et souhaite en faire son projet politique :

un projet de société fondé sur des représentations communes, partagées, réconciliées.

Sur la religion, Emmanuel Macron a évoqué le repli identitaire et donné sa vision sur ce débat qui agite la classe politique et interroge les citoyens.

Le cœur de nos difficultés, ce n’est pas l’islam en général, c’est le développement d’un fondamentalisme, en particulier salafiste, qu’il soit quiétiste ou non, qui se construit contre la République et ses valeurs.

Emmanuel Macron va au-delà des constats et s’interroge sur les raisons mais également sur les solutions à apporter à cette délicate question du religieux dans la société française :

Il faut savoir pourquoi les salafistes rencontrent un tel écho aujourd’hui y compris en particulier auprès de jeunes peu versés dans la religion, nés, éduqués, employés dans notre pays. […] Ce problème de communautarisme dans toutes ses composantes, religieuses, politiques, économiques et sociales, nous ne pouvons le traiter qu’en réinvestissant ces quartiers.

Les efforts d’Emmanuel Macron, sa volonté d’indépendance, son départ de Bercy et son courage politique semblent payer. Le mouvement En Marche qu’il a fondé aurait atteint les 80 000 militants.

Alain Juppé et François Hollande risquent d’avoir quelques sueurs froides d’ici le mois d’avril 2017 en suivant les évolutions et les prochaines étapes de la campagne de terrain menée par Emmanuel Macron et son mouvement En Marche. Sa candidature ne semble plus faire de doute et l’annonce de sa participation à cette élection ne serait plus qu’une question de jours, de semaines ou de mois. L’ancien ministre de l’économie risque d’attendre la décision de François Hollande qui dépend elle-même du résultat du vote de la primaire de la droite et du centre.

Emmanuel Macron est un candidat qui sort des sentiers battus et emporte un engouement populaire sans précédent. Sa jeunesse est un atout indéniable face à certains candidats comme Alain Juppé.

Emmanuel Macron pourrait rebattre les cartes et dynamiter l’élection présidentielle avec sa candidature et une approche politique qui pourrait s’apparenter à la révolution de Tony Blair avec la Troisième Voie.

Publié le mercredi 19 octobre 2016 à 15:25, modifications mercredi 19 octobre 2016 à 16:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !