Politique

Emmanuel Hollande : Emmanuel Macron se défend en citant de Gaulle

François Fillon avait rebaptisé Emmanuel Macron d’un « Emmanuel Hollande » ou encore « François Macron ». Ce dernier a répondu à son adversaire en s’appuyant sur le Général de Gaulle.

Emmanuel Hollande ou François Macron ?

Depuis quelques jours, Emmanuel Macron est dépeint en héritier de François Hollande par François Fillon.

En guise de riposte, l’équipe du candidat d’En Marche a choisi le général de Gaulle, ce dimanche 2 avril.

En effet, agacé par ceux qui s’interrogent sur son bord politique, Emmanuel Macron a donc décidé de répliquer via son porte-parole Benjamin Griveaux. Ainsi, ce dernier a publié sur Twitter une archive du Général de Gaulle, interviewé lors de l’entre-deux-tours en 1965

« Je ne suis pas d’un côté, je ne suis pas de l’autre, je suis pour la France »

On peut y entendre le général de Gaulle dire qu’il est accusé par la droite d’être de gauche et par la gauche d’être de droite.

Que les partisans de gauche et les partisans de droite disent que je suis de l’autre côté prouve, que je ne suis pas d’un côté ou de l’autre, mais que je suis pour la France.

La vidéo est accompagnée d’un tweet:

J-21. Alors François Fillon, Emmanuel de Gaulle ou Charles Macron?

Une réponse teintée d’humour, directement adressée au candidat qui avait lui-même taclé Nicolas Sarkozy à propos de ses démêlés judiciaires.

En effet, en août 2016, François Fillon avait lancé :

Qui imagine de Gaulle mis en examen?

En outre, l’allusion au Général de Gaulle a été reprise par tous les soutiens d’Emmanuel Macron.

Ainsi, invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro ce dimanche 2 avril, François Bayrou a également évoqué cette interview du Général de Gaulle.

Représenter la France par un parti ou une faction, c’est un mouvement antinational.

Or, depuis le début de la campagne présidentielle, les références au Général de Gaulle se sont multipliées.

En mars, Marine Le Pen affirmait à propos de son programme économique et du « modèle français » qu’elle prône :

L’Etat-stratège c’est la vision de Gaulle, c’est la vision de Pompidou.

François Fillon, a lui aussi, invoqué le premier président de la Vème République, dans un entretien accordé à Valeurs Actuelles :

Toutes proportions gardées, nous sommes en 1958, au moment du retour du général de Gaulle. J’arrive avec un plan puissant qui peut redonner de la croissance, de l’emploi, dans l’espoir concret dans la vie des Français.

Enfin, lorsque François Hollande avait rendu hommage à Charles de Gaulle, le 13 juin 2016, à Colombey-les-Deux-Eglises, Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France, avait attaqué :

A un an de l’élection présidentielle, François Hollande essaye de récupérer la figure du Général. Couché devant Berlin, à quatre pattes face à Bruxelles, à plat ventre devant Washington, François Hollande incarne tout le contraire : une France faible, divisée et soumise aux intérêts extérieurs.

 

Publié le lundi 3 avril 2017 à 11:47, modifications mardi 11 avril 2017 à 12:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !