Politique

Election présidentielle américaine : Donald Trump au plus mal après la révélation de propos obscènes

La diffusion d’une vidéo de 2005 détaillant les propos obscènes voir proches du harcèlement sexuel de Donald Trump a provoqué un séisme dans la campagne du candidat à quelques semaines de l’élection présidentielle. Ses excuses laconiques n’ont pas réussi à calmer les ténors de son parti.

À quelques heures du second débat contre Hillary Clinton, la campagne de Donald Trump pour la Maison Blanche est secouée comme jamais.

En 2005, celui qui n’était alors qu’un homme d’affaires et une star de téléréalité a été enregistré à son insu. L’enregistrement diffusé vendredi 7 octobre par le Washington Post, relate son dialogue avec un présentateur dans un car avant le tournage de l’émission Access Hollywood.

Donald Trump y évoque de manière très crue sa manière d’aborder les femmes. Il affirme que son statut de «star» lui autorise tous ses désirs :

Elles nous laissent faire. On fait tout ce qu’on veut.

Se vante-t-il avant d’ajouter qu’il peut se permettre de « les attraper par la chatte».

Dans cette vidéo, Donald Trump raconte également à son interlocuteur une vaine tentative de séduire une femme (qu’il ne nomme pas) :

J’ai essayé mais j’ai échoué, je l’admets. J’ai essayé de me la faire, elle était mariée.

Avoue-t-il, avant d’apercevoir une actrice qui les attend à l’extérieur et de lancer :

Il faut que je prenne des Tic-Tac au cas où je l’embrasse. Je suis automatiquement attiré par les belles… je les embrasse tout de suite, comme un aimant. Je les embrasse, je n’attends même pas.

La publication de cet enregistrement a fait l’effet d’une bombe dans la campagne électorale, terrifiant plus encore les alliés républicains de Donald Trump.

À tel point que celui-ci a été contraint de publier des excuses par communiqué puis dans un message vidéo diffusé au milieu de la nuit. Fait rare pour celui qui est pourtant habitué à choquer par ses propos polémique.

Je n’ai jamais dit que j’étais une personne parfaite, ni prétendu être une autre personne que moi-même. J’ai dit et fait des choses que je regrette, et les paroles diffusées aujourd’hui dans cette vidéo vieille de plus de dix ans en font partie. Ceux qui me connaissent savent que ces paroles ne reflètent pas qui je suis. Je l’ai dit, j’avais tort et je m’excuse.

S’est-il excusé.

J’ai dit des choses bêtes mais il existe une grande différence entre les mots et les actes d’autres gens. Bill Clinton a réellement maltraité des femmes, et Hillary a harcelé, attaqué, humilié et intimidé ses victimes. Nous en parlerons dans les prochains jours.

A essayé de contre-attaquer le candidat.

Des excuses visiblement jugées insuffisantes dans les rangs des républicains.

En effet, par crainte que la déroute annoncée de Donald Trump à la présidentielle n’entraîne tout le parti derrière lui et sachant que le Congrès sera être renouvelé le même jour que la présidentielle, les cadres du parti ont les uns après les autres fait part de leur écœurement et de leur colère.

Donald Trump devrait abandonner. Le Parti républicain devrait enclencher la procédure de remplacement d’urgence.

Ainsi, plusieurs élus, dont ceux de l’Utah, État très conservateur, ont annoncé qu’ils ne voteraient plus pour Donald Trump, sans toutefois préciser qu’ils soutiendraient Hillary Clinton, la candidate démocrate.

Même si je ne peux pas voter pour Hillary Clinton, je ne voterai pas pour Trump.

Publié le samedi 8 octobre 2016 à 15:22, modifications samedi 8 octobre 2016 à 16:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !