Politique

Election Américaine : Les laconiques félicitations de François Hollande à Donald Trump

Alors que les conseillers de François Hollande et les diplomates français avaient plutôt confiance dans la victoire de la candidate démocrate dans la course à la Maison Blanche, ils ont dû revoir leur copie et écrire une nouvelle lettre de félicitations pour Donald Trump.

Dès l’annonce des résultats, dans une courte allocution au Palais de l’Elysée, à l’issue du Conseil des ministres, François Hollande avait déjà « félicité » Donald Trump. Cependant, il l’avait fait du bout des lèvres et sa déclaration avait surtout frappé par son extrême froideur.

https://twitter.com/fhollande/status/796306866804400129

Pourtant, la tradition veut que le président français félicite le nouveau président américain élu, quel qu’il soit, non pas par un simple communiqué de presse mais par une lettre qui est rendue publique.

En effet, le prétendu coup de téléphone dans la matinée relève davantage de la chimère. Pour une question matérielle déjà, compte-tenu du décalage horaire, mais surtout parce que, de l’avis même des conseillers de l’Élysée, le président fraîchement élu outre-Atlantique a autre chose à faire dans les heures qui suivent son élection.

Ainsi, c’est la cellule diplomatique de l’Élysée qui se charge habituellement de la lettre de félicitations. Mardi 8 novembre en fin d’après-midi, une lettre avait déjà été préparée, mais celle qui s’adressait à Hillary Clinton.En effet, la démocrate était déjà bien connue de la diplomatie française. De plus, avec elle, les contacts étaient déjà pris.

Cependant, aucune lettre n’avait encore été rédigée à l’intention de son adversaire, Donald Trump.

https://twitter.com/RTLFrance/status/796243032500740097

Si dans cette nouvelle missive, les mots sont sobres, François Hollande félicite malgré tout Donald Trump pour sa victoire à l’élection présidentielle américaine :

Le président français a souhaité adresser un « message d’apaisement et de rassemblement » de son premier discours « après une campagne parfois brutale ».

Un peu plus tôt dans la journée, le président avait déclaré lors d’une courte allocution que l’élection de Donald Trump ouvrait « une période d’incertitude ».

François Hollande avait alors déjà fait part de son souhait d’engager le dialogue rapidement :

Mais je le ferai avec vigilance et franchise car certaines positions prises par Donald Trump pendant la campagne américaine doivent être confrontées aux valeurs et aux intérêts que nous partageons avec les Etats-Unis.

En 2008, quand Barack Obama avait été élu pour son premier mandat, Nicolas Sarkozy lui écrivait :

Votre victoire couronne une campagne exceptionnelle. En vous choisissant, c’est le choix du changement, de l’ouverture et de l’optimisme qu’a fait le peuple américain.

Il paraissait peu plausible que François Hollande soit aussi dithyrambique à l’attention du nouveau président américain.

Publié le jeudi 10 novembre 2016 à 12:18, modifications jeudi 10 novembre 2016 à 11:27

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !