Politique

Edouard Philippe défend sa mesure impopulaire sur les 80 km/h au Mans

Edouard Philippe est allé défendre sa mesure sur la limitation de vitesse à 80 km/h dans la Sarthe, où il se heurte à une vive opposition.

C’est peut-être la bataille politique qui tient le plus à coeur au Premier Ministre Édouard Philippe. En effet, malgré l’impopularité de cette mesure, celui-ci a bel et bien annoncé la baisse de la vitesse sur les routes secondaires de 90 à 80 km/h en janvier 2018. Il est d’ailleurs en déplacement dans la Sarthe ce vendredi 16 mai pour défendre cette nouvelle loi.

Le Premier Ministre attendu au tournant

Face à l’augmentation du nombre de morts sur la route depuis plusieurs années (à l’exception notable de ce début 2018), Edouard Philippe a réagi avec une mesure très impopulaire, qui permettra toutefois de sauver près de 400 vies par an. Celui-ci a d’ailleurs choisi de se déplacer dans la région du Mans pour la défendre, une région où le nombre de morts sur les routes à augmenté de 50% depuis 2017.

Mais les élus du département de la Sarthe viennent de voter une mesure leur donnant les pleins pouvoirs pour décider des limitations de vitesse, un pied de nez au Premier Ministre. Le député LR du département, Dominique Le Mener, a ainsi regretté que la nouvelle loi soit aussi uniforme sur tous les territoires et toutes les routes :

Sur nos 4300 km, il y en a les trois-quarts sur lesquels baisser la vitesse ne pose pas de problème. En revanche, nous avons environ 900 km avec un gabarit (largeur de la chaussée, caractéristiques géométriques) qui est confortable et où maintenir 90 km/h est possible. Il faut faire cela de façon cohérente.

D’autres départements ont également pris des mesures similaires, et force Edouard Philippe à jouer de son autorité. 

J’ai dit, car j’en avais parfaitement conscience, que c’était une mesure impopulaire, qui susciterait de l’agacement, du questionnement, et peut-être de la colère. (…) Je fais comme vous de la politique et j’aime ça. Et si j’aime ça, c’est parce que quand je pense qu’une mesure est bonne pour l’intérêt de mon pays, quand bien même elle est impopulaire, je l’assume.

 

Publié le vendredi 16 mars 2018 à 13:07, modifications vendredi 16 mars 2018 à 12:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires

En direct