Politique

Colombie : les FARC absent de l’élection présidentielle après le retrait de leur leader malade

Suite aux problèmes de santé de Rodrigo Londoño, les FARC ne présenteront aucun candidat à l’élection présidentielle de mai prochain.

Les FARC colombiens ont annoncé leur retrait de l’élection présidentielle de la fin du mois de mai à cause des graves problèmes de santé de leur leader Rodrigo Londoño.

Un infarctus a mis fin à ses ambitions présidentielles

Le chef des FARC, âgé de 59, a subi un infarctus au début du mois de mars 2018 et s’est vu pratiquer un pontage coronarien. Bien que le leader soit sorti d’affaire d’après les médecins, celui-ci reste en “thérapie respiratoire intensive“.

Les FARC constituèrent pendant des décennies l’une des plus puissantes guérillas d’Amérique du sud. Mais  suite à son désarmement en 2017, prévu avec le président Juan Manuel Santos, le groupe est devenu une force politique “normale” au sein du pays, présente notamment lors des élections législatives.

L’ex-guérillero Ivan Marquez, aujourd’hui candidat au Sénat, a tenu à rappeler que le retrait de Rodrigo Londoño ne signifiait par pour autant un départ de la vie politique pour le parti.

Le fait de ne pas participer directement avec un candidat à la course pour la présidentielle ne veut pas dire que nous n’ayons pas de voix face aux autres candidats.

Dans tous les cas, les chances de Londoño à l’élection présidentielle étaient très mince, puisque celui-ci se plaçait régulièrement en dernière place des sondages. 

 

Publié le vendredi 9 mars 2018 à 12:40, modifications vendredi 9 mars 2018 à 12:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !