Politique

Bruno Le Roux : il engage ses filles à l’assemblée nationale alors qu’elles étaient lycéennes

“L’affaire “Le Roux, sur des emplois en CDD pour ses deux filles aurait-elle un arrière goût de” l’affaire “Fillon ?

Lundi, dans l’émission Quotidien diffusé sur TMC, une journaliste dévoile que Bruno Le Roux, ministre de l’intérieur auraient engagées ses deux filles pour travailler avec lui au sein de l’assemblée nationale

alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes

.Après Les révélations de la journaliste de quotidien, Bruno Le Roux devrait être reçu aujourd’hui par Bernard Cazeneuve, premier ministre.

Les deux jeunes filles qui ont aujourd’hui respectivement 20 et 23 ans auraient, entre 2009 et 2016, travaillés à l’assemblée nationale durant leurs vacances scolaires. Pour Bernard Le Roux, ce n’était que des jobs d’été.
Alors député de Seine st Denis, ses filles encore lycéenne et étudiante, auraient effectué 14 et 20 CDD de “secrétariat parlementaire”.
Les contrats cumulés atteindraient la somme d’environ 55.000 euros.

Toutes les dates de contrat dont nous disposons ont été confirmées

par le cabinet du ministre.

Chacune des filles commence à travailler à l’Assemblée nationale pendant ses années lycées, à l’âge de 16 ans

précise Quotidien.

Le cabinet de Bruno Le Roux affirme que

tous les contrats ont bien évidemment été établis en respectant les âges permettant de travailler, en lien avec les services de l’Assemblée.

Pourtant Un doute important subsiste sur la réalité de ses contrats

Comme le souligne la journaliste de quotidien, un des contrats de l’ainée des filles de Bruno Le Roux, aurait été effectué alors qu’elle était en stage à plein temps chez Yves Rocher, en Belgique.
Son cabinet répond :

Chaque contrat faisait l’objet de missions qui ont été honorées (…), puisque ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (travail de rédaction, mise à jour de fichiers, recherches, etc) et durant plusieurs jours supplémentaires à l’automne.

La Benjamine quant à elle, aurait signé un contrat d’avril à mai 2015, alors qu’elle avait cours et était en seconde.

La mission a pu être effectuée en horaires renforcés les premières semaines puis s’est poursuivie en plus du temps universitaire les semaines qui ont suivi jusqu’à ce que la mission confiée ait été réalisée,

a une fois encore répondu son cabinet.

Décidément, les enfants de nos politiques sont au centre des débats!

Publié le mardi 21 mars 2017 à 12:37, modifications mardi 21 mars 2017 à 13:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !