Politique

Aquilino Morelle dresse un portrait acide de François Hollande

La revanche d'un ancien conseiller

Le Journal du Dimanche a publié des extraits de l’ouvrage d’Aquilino Morelle à paraître le 11 janvier. Le proche conseiller du chef de l’État entre 2012 et 2014, y dresse le portrait de Français Hollande sans concession.

Aquilino Morelle a dépeint dans son livre intitulé L’Abdication, à paraître le 11 janvier prochain, un François Hollande dépassé par sa fonction, et ce dès premiers mois de son quinquennat.

Des extraits de son récit ont été publiés dans le Journal du Dimanche le 7 janvier.

L’ancienne plume du chef de l’Etat avait été évincée en avril 2014, après des accusations de prises illégales d’intérêt, classées sans suite un an plus tard.

Un mensonge dès les premiers mois du quinquennat

Pendant deux ans et demi, le Président a fait semblant de conduire la politique pour laquelle il avait été élue. Celle présentée et détaillée dans le discours du Bourget.

Ecrit-il.

Mais Aquilino Morelle va plus loin :

Le président a singé le volontarisme, mimé le patriotisme. Simulé une politique de lutte contre la finance jamais engagée, proclamé à répétition une réorganisation de l’Europe sans cesse repoussée.

Pour l’auteur, les Français ont vite compris que cette mise en scène offrait le spectacle « de l’impuissance voulue et consentie ».

Dès septembre 2012, les citoyens ont saisi que de changement, il n’y aurait pas ; ni maintenant, ni après, ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais.

Poursuit-il.

L’ancien conseiller prenant un malin plaisir à paraphraser le slogan de campagne de François Hollande « le changement, c’est maintenant ».

Aquilino Morelle n’a pas hésité à brosser un portrait sans concession de François Hollande face aux Français :

Plus que d’une trahison, il s’agissait là d’un mensonge, un triste et banal mensonge.

Un président dénué de toute autorité

Selon les extraits publiés par le JDD, Aquilino Morelle décrit dans son livre plusieurs scènes révélatrices auxquelles il a assisté lors de son passage à l’Elysée. Il relate par exemple, l’entrevue de François Hollande avec le PDG d’ArcelorMittal, Lakshmi Mittal.

Un rendez-vous au sommet durant lequel le président de la République n’à osé à aucun moment « franchir le pas et évoquer la solution préconisée publiquement par son ministre », la nationalisation des hauts-fourneaux de Florange.

Ce qui, selon Aquilino Morelle, amènera ce commentaire d’Emmanuel Macron, pas encore ministre à cette époque :

Ce soir-là, il a baissé son bénard.

La solitude de François Hollande

Si l’ouvrage, à paraître chez Grasset, ne comporte pas de révélations fracassantes, il éclaire en revanche sur l’isolement de François Hollande.

A la solitude du chef de l’Etat, François Hollande ajoutait la sienne propre, celle de l’homme, liée à ses choix de vie et aux actes posés par d’autres.

Or, l’ancien conseille explique :

Une première fois, au mois de septembre 2012, la vision de ce qu’était devenue sa vie m’emplit de tristesse. Il était tard, un vendredi, et je m’apprêtais à rentrer chez moi où j’étais attendu. (…) Quand je lui annonçai mon départ, en me lançant un regard désolé il ne put s’empêcher de soupirer : Tu rentres dîner en famille… Quelle chance tu as. Si tu savais comme je t’envie.

Il va plus loin en se rappelant :

Bien souvent, plus tard, c’est encore seul que je le verrais, attablé devant le journal télévisé d’une chaîne d’information en continue ou bien un match de football.

En outre, Aquilino Morelle s’interroge sur le climat de défiance qui entoure la gauche depuis l’accession au pouvoir de François Hollande.

Ainsi, il formule trois interrogations qui valent constat d’échec :

Comment la gauche, qui détenait toutes les puissances en 2012 – l’Élysée, Matignon, l’Assemblée nationale et même, pour la première fois, le Sénat, les régions, les départements, les villes – n’a-t-elle pas eu la force d’exercer le pouvoir que les citoyens lui avaient confié et s’est-elle perdue dans une gestion résignée ?

Pourquoi le président n’a-t-il pas tenu les engagements pris devant le peuple français lors du discours du Bourget ?

Comment expliquer cette situation inédite dans l’histoire de la Ve République : un président sortant dans l’incapacité même d’être candidat ?”

Article publié le lundi 9 janvier 2017 à 11:02, modifications lundi 9 janvier 2017 à 11:02

Participer

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !

Poster un Commentaire
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Minutenews.fr Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.

Soyez le premier à commenter !

Me notifier
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
wpDiscuz

Vidéo relative

Vers le top