Politique

Après John Galliano et Lance Amstrong, la France veut retirer sa Légion d’honneur à Bachar al-Assad

Bachar al-Assad s’était vu décerner la plus haute distinction française des mains de Jacques Chirac en 2001, l’année suivant son arrivée à la tête de la Syrie.

La France a engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur attribuée au président syrien Bachar al-Assad. Cette annonce a été faite lundi 16 avril dans la soirée à l’AFP par l’entourage du président Emmanuel Macron.

En effet, alors que la France a participé aux côtés des Etats-Unis et du Royaume-Uni à des frappes en Syrie, le président Bachar al-Assad bénéficie toujours du statut de grand-croix de la Légion d’honneur.

L’Élysée confirme qu’une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d’honneur. La plus haute distinction française, à l’endroit de Bachar al-Assad a bien été engagée.

A confirmé la présidence de la République.

Décoré par Jacques Chirac

En 2001 à l’occasion d’un voyage officiel en France, Bachar al-Assad avait reçu le grade de grand-croix de la Légion d’honneur. À l’époque, le président de la République Jacques Chirac, alors convaincu que le fils de Hafez al-Assad serait plus modéré que ce dernier, lui avait remise cette décoration à titre essentiellement diplomatique.

En effet, nombreux sont les chefs d’Etat à recevoir, plus ou moins discrètement, la Légion d’honneur. Celle-ci est perçue comme un moyen de faciliter les rapports diplomatiques. Ainsi, de nombreux chefs d’Etat font donc eux aussi partie de l’ordre du grand-croix de la légion d’honneur. Comme Léopold Sedar Senghor, Lech Walesa… Ou encore Nicolae Ceausescu.

Pourtant, il est légalement possible de retirer sa Légion d’honneur à l’un des membres de cet ordre. C’est d’ailleurs automatique pour les personnes de nationalité française qui sont condamnées à plus d’un an de prison. Pour les bénéficiaires de nationalité étrangère, un décret a rendu possible, en 2010, le fait de retirer sa décoration à une personne qui a « commis des actes contraires à l’honneur ».

C’est ainsi que le cycliste Lance Armstrong ou le couturier John Galliano, respectivement épinglés pour dopage et pour propos antisémites, ont perdu leur Légion d’honneur. Par ailleurs, Emmanuel Macron avait annoncé avoir engagé la même démarche de déchéance contre le producteur américain Harvey Weinstein accusé d’agressions sexuelles et de viol.

Néanmoins, dans le cas de Bachar al-Assad, la tournure symbolique d’une telle déchéance devrait avoir beaucoup plus d’implications diplomatiques que dans les cas précédents.

Publié le mardi 17 avril 2018 à 10:41, modifications mardi 17 avril 2018 à 9:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !