Politique

Alain Juppé exclut de remplacer François Fillon en cas de désistement

Alain Juppé a affirmé qu’il ne remplacerait pas François Fillon en cas de désistement de celui-ci.

Ce vendredi 27 janvier, en marge du Conseil de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de la Métropole bordelaise, a déclaré dans les colonnes de Sud-Ouest qu’il ne sera pas « une solution de repêchage » en cas de retrait du candidat de la droite, François Fillon.

En effet, dans la tourmente des soupçons concernant un éventuel emploi fictif de son épouse, François Fillon a indiqué jeudi 26 janvier lors du 20 heures de TF1 qu’il n’avait rien à se reprocher :

Il n’y a pas le moindre doute. Elle a travaillé comme assistante parlementaire pour moi pendant des années.

A-t-il ainsi assuré en précisant qu’il laissait désormais la justice faire la lumière dans cette affaire.

Le candidat de la droite y a assuré qu’il démissionnerait s’il était mis en examen.

« Les électeurs se sont prononcés »

Une éventualité qui a immédiatement posé la question de son successeur en cas de désistement dans la course à l’élection présidentielle.

Les yeux se sont naturellement tournés vers le candidat malheureux de la primaire de la droite.

Ainsi, interrogé avec insistance, ce vendredi matin, Alain Juppé, a pris position  :

Non, c’est clairement non, certes, la polémique est inquiétante, mais cela ne change rien à ma décision.

Le maire de Bordeaux a cependant ajouté :

Nous n’en sommes pas là. François Fillon a apporté des éléments qui sont convaincants, je suis persuadé qu’il pourra poursuivre sa campagne.

A-t-il déclaré aux journalistes, en reconnaissant toutefois que la tournure que prend la campagne est « évidemment préoccupante ».

Pourtant, en ajoutant cette précision, Alain Juppé a inéluctablement donné du crédit à ce scénario. Il vient semer un peu plus de discrédit dans la campagne de François Fillon.

En outre, comme l’a repéré RTL, le code électoral de la primaire de la droite ne prévoit aucunement le remplacement automatique du vainqueur au profit du second en cas de désistement du candidat désigné.

Selon les statuts, un renoncement de François Fillon conduirait obligatoirement à un l’organisation nouveau scrutin pour désigner le candidat de la droite.

D’ici là, Alain Juppé sera présent au meeting de François Fillon, prévu ce samedi à la Porte de la Villette à Paris :

Je l’écouterai avec beaucoup d’attention, il faut que la campagne commence sur le fond, maintenant.

 

Publié le vendredi 27 janvier 2017 à 12:03, modifications vendredi 27 janvier 2017 à 11:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !