Politique

Aides sociales : Pour Emmanuel Macron, elles coûtent « un pognon de dingue » et sans résoudre la pauvreté

Lors d’un discours à la Mutualité, Emmanuel Macron va annoncer les grandes lignes de sa politique sociale. Déjà, il a fustigé des aides sociales coûteuses et peu efficaces pour sortir les Français de la pauvreté.

Ce mercredi 13 juin, Emmanuel Macron dévoilera le cadre de sa politique sociale devant le 42ème congrès de la Mutualité française.

Redonner de la cohérence

Dans ce discours qui se veut « stratégique », le président de la République entend « redonner de la cohérence » à son approche sociale. Ainsi, les mots clés du chef de l’État devraient être « l’efficacité des aides » et la « responsabilité des aidés ». Or, avant de s’exprimer à la Mutualité, Emmanuel Macron expose sa philosophie en un langage familier, dans une vidéo postée mardi 12 juin par sa conseillère en communication Sibeth Ndiaye. En effet, celle-ci le filme en train de peaufiner son discours de ce mercredi.

On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas.

Peut-on notamment entendre dans le document tweeté par Sibeth Ndiaye.

Les gens pauvres restent pauvres. Ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. Par l’éducation…

Détaille-t-il. Puis, le chef de l’Etat précise :

Je vais faire un constat qui est de dire. On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu’ils sortent de la pauvreté. Et sur la santé c’est pareil.

Ce constat fait écho à ce que l’Elysée a déjà déclaré, il y a deux jours. En effet, au sujet du manque d’efficacité du RSA, la présidence avait déclaré que « la moitié des allocataires n’ont pas d’accompagnement vers l’emploi ».

Ainsi, pour le chef de l’Etat, la clé d’un système social à l’équilibre passe par la prévention et la responsabilisation.

On doit mieux prévenir – ça nous coûtera moins ensemble – et mieux responsabiliser les acteurs.

Explique-t-il tel un enseignant devant une salle de classe.

C’est aussi la philosophie qui ressort de la réforme de la santé :

Tout le système de soin que je veux repenser, c’est aller vers plus de prévention, mieux organiser pour responsabiliser y compris les acteurs de soins, et avoir un jeu plus coopératif entre public-privé.

Un simple exercice de pédagogie

Sur la forme, la séquence a tous les atouts d’une communication politique calibrée pour les réseaux sociaux. En effet, la séquence est filmée de manière intimiste, probablement au Smartphone. Par ailleurs, d’un format court, elle peut être consultée et partagée dans un laps de temps très court. Parfait pour réussir à toucher le plus de monde possible et préparer les esprits.

Interrogé par RTL ce mercredi, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie a clarifié les propos « crus » d’Emmanuel Macron concernant les aides sociales. Ainsi, avec un langage familier et percutant, le président de la République se veut pédagogique. Le but étant d’éviter que les réformes à venir, qui vont demander de faire des efforts, ne soient pas mal comprises par l’opinion publique. Or, le gouvernement sait qu’il dispose de « marges de manœuvre » budgétaires pour les années à venir. Notamment, grâce au retour à un fragile équilibre des comptes de la Sécurité sociale. Pourtant, Emmanuel Macron continue d’être accusé d’être le « président des riches » et de chuter au sein de l’électorat de gauche.

A noter, enfin, que le président de la République se présentera au congrès de la Mutualité avec des mesures concrètes. Il devrait en effet y annoncer la concrétisation du « reste à charge zéro », une des promesses de campagne. Pour rappel, cette réforme va permettre aux 95% de Français couverts par une complémentaire santé d’accéder à des prothèses dentaires ou auditives et à des lunettes intégralement remboursées à partir de 2020.

Publié le mercredi 13 juin 2018 à 12:33, modifications mercredi 13 juin 2018 à 15:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !