Politique

Affaire Benalla : « Vous avez dit beaucoup de bêtises » tance Emmanuel Macron à la presse

Emmanuel Macron s’est exprimé face à la presse pour la première fois. Il a de nouveau assumé son choix d’engager Alexandre Benalla, égratignant au passage les médias.

STORY - Episode 2/37

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Benalla

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

En plein bain de foule à Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées, Emmanuel Macron a accusé mercredi 25 juillet les médias d’avoir « dit beaucoup de bêtises » sur l’affaire Benalla. En effet, après s’être exprimé pour la première fois mardi 24 juillet, dans un cadre privé face à des députés de LREM, le président de la République a poursuivi son offensive médiatique. Cette fois, Emmanuel Macron s’est adressé directement à des journalistes.

Vous avez dit ces derniers jours beaucoup de bêtises sur soi-disant des salaires, des avantages. Tout cela était faux.

A assené le chef de l’État à des journalistes de BFMTV et CNEWS.

Je suis fier de l’avoir embauché à l’Élysée.

Or, c’est la première fois qu’Emmanuel Macron s’adressait directement à la presse.

Je suis fier de l’avoir embauché à l’Elysée.

A-t-il lâché au sujet d’Alexandre Benalla, soulignant son « dévouement » ainsi que « son parcours différent ». Cependant, il a réaffirmé que le comportement de son conseiller lors des événements du 1er-Mai dernier était une « faute réelle, grave ». Aux journalistes de France Bleu, le chef de l’État a expliqué que « l’Elysée n’a jamais caché la faute ».

Il y a eu des dysfonctionnements donc il faut attendre le travail fait par les uns et les autres pour qu’on en tire les conséquences. S’il y a une responsabilité, c’est de l’avoir embauché. Et c’est moi qui l’ai embauché.

A-t-il assuré à la radio locale.

Est-ce que je le regrette ? Non, parce que je trouve que c’est bien que quelqu’un comme ça ait pu avoir sa chance dans les équipes de l’Élysée. Il a apporté beaucoup. Mais manifestement j’ai aussi fait une erreur en faisant ça.

Ensuite, Emmanuel Macron a fustigé « la recherche d’un procès politique sur la base d’une affaire qui est triste mais qui est l’affaire d’un homme ».

J’ai vu ces derniers jours beaucoup de gens perdre la raison avec des réactions disproportionnées et avec une violence.

A-t-il regretté

Par ailleurs, à des journalistes de CNEWS qui l’interrogeaient sur l’affaire Benalla, le chef de l’État a esquivé la question. En effet, il a préféré dévier le sujet sur le quotidien des Français.

Les gens, est-ce qu’ils parlent de ça ? Il y a des gens qui supportent mal la chaleur et la fatigue.

A répondu, moqueur, le président de la République.

Toutefois, il semble pourtant que les auditions parlementaires dans le cadre de l’affaire passionnent les Français. En effet, les chaînes de télévision enregistrent des records d’audience depuis que l’affaire Benalla a éclaté.

J’ai dit tout ce que j’avais à dire sur toutes ces choses-là.

A-t-il finalement conclu. Faisant ainsi référence à son discours prononcé mardi 24 juillet, devant des élus et plusieurs membres du gouvernement. Ils étaient réunis pour un pot de fin de session parlementaire.

Publié le jeudi 26 juillet 2018 à 14:55, modifications lundi 30 juillet 2018 à 13:21

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !