Politique

Affaire Benalla : La petite phrase de Gérard Collomb qui a fait rire les députés de la commission des lois

Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, à répondu lundi aux questions des députés de la commission des lois sur l’affaire Benalla, impliquant un proche conseiller d’Emmanuel Macron pour des violences commises sur des manifestants le 1er mai.

STORY - Episode 16/37

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Benalla

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

L’affaire Benalla, le proche collaborateur d’Emmanuel Macron en train de molester des manifestants le 1er mai à Paris, n’en fini plus d’agiter la classe politique. Dimanche 22 juillet, Alexandre Benalla a été mis en examen pour violences en réunion, usurpation de fonction publique, port sans droit d’insignes réglementés. Ainsi que pour recel de détournement d’images de vidéosurveillance et recel de violation du secret professionnel. Par ailleurs, ce lundi 23 juillet, Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur était auditionner devant les députés de la Commission de lois de l’Assemblée nationale.

Nous avons parlé de cette affaire le moins possible

Ainsi, le ministre de l’Intérieur s’est vu contraint de s’expliquer sur l’affaire Benalla. S’il a rejeté toute faute personnelle, certaines réponses du numéro deux du gouvernement ont provoqué des rires dans l’assemblée.

Interrogé par Eric Ciotti, le député des Alpes-Maritimes, Gérard Collomb a confirmé avoir vu Emmanuel Macron dans le week-end.

Nous avons parlé de cette affaire le moins possible.

A-t-il lâché, provoquant les rires de la Commission.

Le président de la République était plutôt préoccupé de l’avancement de la réforme constitutionnelle et du blocage de l’Assemblée.

A  poursuivi le ministre, provoquant une nouvelle salve d’hilarités dans l’assemblée.

Ensuite, à la question d’Alain David, député de Gironde, qui lui demande s’il est normal qu’il ait donné « une accolade » à Alexandre Benalla alors qu’il prétend ne pas le connaître, le ministre de l’Intérieur a répondu :

J’ai sans doute salué, comme j’ai salué tout le monde lorsque je suis arrivé dans ce poste de commandement, cette personne. Comme il devait y avoir 40 personnes. Je crois avoir certes salué l’ensemble des 40 personnes qui étaient présentes. Je ne sais pas si c’est votre habitude mais moi j’ai l’habitude d’être urbain.

Or, cette réponse courroucée du ministre n’a pas manqué de faire rire à nouveau les députés.

Ce n’est pas au ministre qu’il appartient de saisir la justice

Il est reproché au ministre un manquement à l’article du 40 du Code de procédure pénale. Celui-ci précise « que toute autorité constituée doit signaler auprès de la justice un crime ou d’un délit » dont elle a eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions.

Or, Gérard Collomb a signifié aux députés qu’Alexandre Benalla ne relevait pas de la responsabilité du ministère de l’Intérieur. Il a précisé que le cabinet du président de la République avait été aussitôt informé.

Je considère que c’est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations. Au plus près du terrain, de recueillir les éléments. Permettant de justifier la transmission d’un signalement au titre de l’article 40 de le faire.

S’est justifié Gérard Collomb.

Publié le lundi 23 juillet 2018 à 15:01, modifications lundi 30 juillet 2018 à 13:22

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !