Politique

Changement de nom pour le Front national qui devient le Rassemblement national

Le Front national s’appellera désormais le Rassemblement national. La décision doit être officialisée après l’annonce des résultats du vote des militants.

Ce vendredi 1er juin, le Front national deviendra le Rassemblement national. S’il change de nom, le parti n’abandonnera pas pour autant la flamme de son logo. En effet, ce dernier reste le gage de ralliement aux militants réfractaires à ce changement de nom. En outre, il maintient l’idée d’une ligne plus identitaire.

Le changement dans la continuité

Les militants du Front national ont été invités à voter par courrier depuis le 9 mai dernier sur le nouveau nom de leur parti. Le Rassemblement national proposé par Marine Le Pen au congrès de Lille, les 10 et 11 mars, devrait être adopté sans surprise. Les militants à jour de cotisation avaient jusqu’à ce jeudi 31 mai pour renvoyer leur bulletin de vote par courrier. Ils devaient répondre par oui ou par non à cette question :

Approuvez-vous le nouveau nom Rassemblement national ?

Le scrutin clos, ces enveloppes vont être dépouillées sous le contrôle d’un huissier. Un dépouillement qui sera donc très encadré. Comme l’avait promis Marine Le Pen suite à la polémique sur une éventuelle tricherie lors de la précédente consultation pour valider le principe d’un changement de nom. Ainsi, la présidente de l’actuel Front national annoncera les résultats du vote à Lyon vendredi soir, à l’issue d’un conseil national élargi du parti.

Si certains militants se sont montrés très partagés sur le principe d’un changement d’appellation, « ils ont été rassurés parce qu’on garde la flamme et le mot national ».

C’est le changement dans la continuité.

A expliqué le député du Nord Sébastien Chenu.

Le nom change pas la flamme

Dans l’entourage de Marine Le Pen, plusieurs cadres frontistes se sont montrés confiants ces dernières semaines. Ils ont estimé que les adhérents avaient eu le temps de s’habituer à ce changement de nom. Notamment parce que la nouvelle dénomination fait écho au groupe parlementaire frontiste qui officiait entre 1986 et 1988. Appelé Front national-Rassemblement national, il comptait en son sein plusieurs députés CNIP (Centre national des indépendants et des paysans).

En outre, le parti d’extrême droite gardera l’emblème de la flamme. En effet, une très large majorité de militants se sont dits très attachés à la flamme.

C’est une identification au parti et un symbole des combats menés.

Disent les militants.

Ainsi, la flamme reste le symbole de la continuité pour le parti. Les militants estiment donc qu’elle incarne les thèmes fédérateurs comme « la sécurité et l’immigration ». Autant de sujets que met en avant Marine Le Pen, soucieuse de rassurer des militants sonnés par son échec à la présidentielle.

A en croire les élus frontistes, le changement de nom devrait donc obtenir un score confortable à l’issue de cette consultation. Mais plus encore que le taux d’approbation, chacun devrait guetter le taux de réponse des adhérents. En effet, celui-ci jaugera le degré d’adhésion réel à la stratégie de refondation menée par Marine Le Pen.

EnregistrerEnregistrer

Publié le vendredi 1 juin 2018 à 14:34, modifications vendredi 1 juin 2018 à 14:31

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !